Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les blouses blanches en colère

mardi 8 novembre 2016 à 18:08 Par Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne

250 personnels de Laval, Mayenne et Château-Gontier se sont réunis ce mardi pour dire stop aux hôpitaux vétustes, aux rythmes intenables et à la baisse des effectifs.

Le rassemblement des agents devant le Centre Hospitalier de Laval
Le rassemblement des agents devant le Centre Hospitalier de Laval © Radio France - Stéphanie Denevault

Laval, France

Ce sont des personnels déprimés, au bord du burn-out qui se sont rassemblés ce mardi après-midi devant le Centre Hospitalier de Laval. Des infirmiers et des aides-soignants en grande majorité qui n'en peuvent plus. Ils sont débordés. Trop de patients, pas assez de personnel, faire plus avec moins. Jacques travaille depuis 26 ans aux Urgences et au SAMU de Laval. Il est infirmier. 108 patients accueillis chaque jour aux Urgences alors que la capacité est de 75 ! "Ce matin, je me suis retrouvé le seul infirmier pour 26 patients ! C'est impossible à faire, on prend des risques. Les gens sont mal soignés."

Une dame de 83 ans est restée 25 heures sur un brancard dans le couloir des Urgences

Jacques n'hésite pas à dire que si demain il trouve un travail avec le même salaire que celui d'infirmier, et bien il prendra. Même constat chez les jeunes collègues de Jacques, comme Céline, qui est aide-soignante depuis seulement 8 ans : _"Lorsqu'un patient nous interpelle dans les couloirs, on est obligé de baisser la tête et de ne pas répondre car on ne peut pas. Donc le verre d'eau, le pipi... on est 2 aides-soignantes pour 20-25 patients." _Des personnels hospitaliers qui ne voient pas les choses s'améliorer. 15 lits doivent être supprimés au Centre Hospitalier de Laval. Il y en a déjà eu 72 qui ont disparu.

Les urgentistes devant le Centre Hospitalier de Laval - Radio France
Les urgentistes devant le Centre Hospitalier de Laval © Radio France - Stéphanie Denevault