Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les "boîtes à bébé", un dispositif répandu en Allemagne

Alors qu'un bébé abandonné a été découvert à Huttenheim (Bas-Rhin) samedi, on se penche sur le système des "boîtes à bébé" pratiqué en Allemagne depuis les années 90.

En Allemagne, aucune loi n'encadre les boîtes à bébé, mais elles sont largement tolérées.
En Allemagne, aucune loi n'encadre les boîtes à bébé, mais elles sont largement tolérées. © Maxppp - YE PINGFAN

Allemagne

Un bébé abandonné a été découvert samedi devant la porte d'un restaurant à Huttenheim, dans le Bas-Rhin. De quoi relancer le débat autour des "boîtes à bébé". L'idée existe depuis bien longtemps en Europe et permet d'abandonner un bébé anonymement. Au Moyen-Âge, on appelait ça des "tours d'abandon". Un dispositif très courant, notamment en France, qui a fini par disparaître au début du XXe siècle. Mais ces dernières années, le principe est réapparu sous forme de boîtes chauffées et surveillées dans une dizaine de pays européens, dont l'Allemagne.

38 nourrissons déposés depuis 2002 

Si aucune loi n'encadre ces "boîtes à bébé" ("Babyklappen" en allemand), elles sont largement tolérées outre-Rhin. Il en existerait une centaine dans le pays. A Stuttgart par exemple, la fondation Weraheim en a installé une en 2002. En dix-sept ans, 38 nourrissons y ont été déposés anonymement, soit environ deux par an. "De dehors ça ressemble à une fenêtre, on peut voir à l'intérieur de la pièce. Et ça fonctionne comme une trappe. Quand on l'ouvre, ça donne directement sur un lit chauffé, où on peut déposer l'enfant", explique Sabine Bauer, membre de la fondation.   

Une fois déposés, les nourrissons sont immédiatement pris en charge. "Dès qu'un bébé est déposé, on appelle l'hôpital pour enfants. Le nourrisson est ausculté. On informe évidemment l'aide sociale ici à Stuttgart, puis le bébé est placé dans une famille d'accueil provisoire, le temps qu'on lui trouve un famille d'adoption", ajoute Sabine Bauer.  

Une pratique qui fait débat

Cette pratique des "boîtes à bébés" fait débat. "Le reproche fait à cette pratique c'est que le droit à connaître ses origines n'est pas respecté. Mais on sauve des enfants et on vient en aide à des mères en grande détresse. Et pour nous, le droit à la vie pèse plus lourd que le droit à connaître ses origines. Et je pense que si l'enfant est bien accompagné, il peut apprendre à vivre avec", assure Sabine Bauer.