Société

Les bouchons à l'entrée du Mans, c'est la faute à Voltaire

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine jeudi 15 décembre 2016 à 18:31

Du haut du tunnel, les bouchons de la rue Sieyès et du tunnel du Mans vous contemplent... En face, la rue Voltaire passerait à double sens.
Du haut du tunnel, les bouchons de la rue Sieyès et du tunnel du Mans vous contemplent... En face, la rue Voltaire passerait à double sens. © Radio France - Marie Mutricy

Ce serait un gros chantier pour fluidifier la circulation à l'entrée Nord du Mans : la rue Voltaire passerait à double sens et deux rond-points seraient créés, au pied du tunnel et de l'autre côté du pont. Un projet plutôt plébiscité par les riverains, même s'il pose des questions.

Depuis la construction du tramway, il n'y a plus qu'une seule entrée de ville quand on vient du nord du Mans. Et la circulation se retrouve dans "l'entonnoir" de la rue Sieyès, coincée ensuite par le carrefour et la montée vers la place des Jacobins. L'idée serait de construire deux rond-points, l'un au pied du tunnel, l'autre à la sortie du pont et donc de repasser la rue Voltaire en double sens. Le sénateur-maire du Mans a présenté le projet en conseil municipal mercredi, pour avis, car c'est un chantier qui dépend du Mans Métropole.

Un chantier plébiscité

Le chantier est plutôt plébiscité par les habitants du quartier même s'il pose quelques questions. Joël passe souvent à cet endroit en voiture et se demande si la place sera suffisante, entre les immeubles et le pont pour loger un rond-point. Rue du Pré, le boucher Hervé Aumaille accueille l'idée avec satisfaction : "quand on vient de l'avenue François Chancel on peut attendre parfois 15 à 20 minutes pour passer. Quand on est en livraison c'est embêtant". Et dans l'autre sens, ce n'est pas mieux : "la rue Sieyès est un véritable entonnoir, les voitures se retrouvent bloquées, il suffit qu'un bus se mette en travers du carrefour et c'est terminé, plus personne ne passe".

Toute la circulation du quartier revue

Mais dans la rue Sieyès justement, le propriétaire du bar tabac Le Cénomane est inquiet : "s'ils réservent la rue aux riverains, je perds ma clientèle". Tous les jours, au moins une vingtaine d'automobilistes s'arrête devant l'établissement pour acheter des cigarettes. L'été dernier déjà, les travaux de rénovation de la rue l'avaient privé de 50% de son chiffre d'affaires.