Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Brexit

Les Britanniques d'Hayling, ville jumelée avec Gorron en Mayenne, sont exaspérés par le Brexit

-
Par , France Bleu Mayenne

Au Royaume-Uni, les élections locales, début mai, ont sanctionné les Conservateurs et les Travaillistes. Ces deux grands partis paient leur gestion du Brexit qui ne cesse d'être repoussé. Des Britanniques, de passage en Mayenne, nous ont confié leur frustration.

Helen a quitté le parti des Conservateurs qui, lui, veut un Brexit. Elle, n'en veut pas.
Helen a quitté le parti des Conservateurs qui, lui, veut un Brexit. Elle, n'en veut pas. © Radio France - Aurore Richard

Gorron, France

Cela va bientôt faire trois ans que les Britanniques ont voté pour une sortie de l'Union Européenne mais rien n'est encore fait. Le Brexit a été une nouvelle fois repoussé, au 31 octobre prochain. Les Conservateurs tentent de trouver un compromis avec les Travaillistes, de trouver un accord de sortie, mais le Labour a encore dit non ce dimanche 5 mai. 

Cette situation dure depuis des mois et cela exaspère les Britanniques, notamment ceux qui étaient de passage dans notre département. Ils habitent à Hayling, au sud du Royaume-Uni, une ville jumelée avec Gorron, dans le Nord-Mayenne.

"Je pense qu'il faut un nouveau vote"

La situation n'est pas facile à vivre pour Helen. Cette Britannique a presque 70 ans et toute sa vie, elle a voté pour les Tories, pour les Conservateurs, mais elle a décidé de quitter ce parti. Les Conservateurs ont milité pour le Brexit alors qu'Helen, elle, veut rester dans l'Union Européenne.

"Je suis membre du mouvement européen-Royaume Uni. _Sur ma veste, j'ai un pin's avec deux drapeaux : celui du Royaume-Uni et celui de l'UE_.  Je comprends que beaucoup de Britanniques veulent partir mais avec ce qui se passe maintenant, avec ce blocage, peut-être que certains ont changé d'avis. Moi, je pense qu'il faut arrêter, tout arrêter et qu'il faut un nouveau vote", explique-t-elle. 

Ecoutez le témoignage d'Helen qui est contre le Brexit.

Elle s'inquiète des conséquences sur l'économie, elle a peur que les jeunes aient moins d'opportunités, que ce soit plus difficile de traverser les frontières aussi. 

Je préférerais rester en France mais je reste quand même britannique et européenne", Helen, une habitante de Hayling

Pour Michael Wilson, il n'est pas question de quitter le Royaume-Uni pour l'instant. Il est engagé en politique là-bas, c'est même le représentant des Conservateurs dans le comté de Havant mais lui, il est contre le Brexit. Une position complexe qui l'aide à comprendre la frustration des Britanniques. 

"Nous venons de faire des élections locales et la population a exprimé sa colère. Elle a voté pour les indépendants et elle n'a pas voté pour les deux principaux partis : les Travaillistes et nous, les Conservateurs. _Les Britanniques sont fatigués de voir leurs politiques échouer à trouver une solution_, à tout le temps repousser l'échéance. C'est usant pour ceux qui ne sont pas pour le Brexit mais ça l'est aussi pour ceux qui sont pour le Brexit", souligne Michael Wilson. 

Ecoutez le témoignage de Michael Wilson, du parti des Conservateurs mais contre le Brexit.

Je pense que les Britanniques doivent se rappeler qu'en ce moment, on négocie un accord de sortie, on ne négocie pas l'accord final avec toute l'Union Européenne.Tout ce que l'on va construire après, c'est plus important que cette sortie", Michael Wilson, représentant des Conservateurs

En attendant le Brexit, les Britanniques doivent quand même participer aux élections européennes. Michael Wilson et Helen ont eux, déjà prévu d'aller voter. Chez eux, c'est le 23 mai prochain.