Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : complètement démunis, de plus en plus de buralistes baissent le rideau

-
Par , France Bleu Paris
France

Conséquence de l'aggravation de l'épidémie de Coronavirus : les buralistes sont de plus en plus nombreux à mettre la clé sous la porte: plus de la moitié en Ile de France.

les buralistes mettent la clé sous la porte
les buralistes mettent la clé sous la porte © Maxppp - Franck Medan/Wostok Press

50 à 60% des bureaux de tabacs sont désormais fermés en Ile de France suite à l’épidémie de Coronavirus. Des secteurs géographiques se retrouvent démunis de points de vent. Les zones rurales semblent moins touchées que les tabacs en milieu urbain et les chiffres à l’échelle nationale sont bien inférieurs, avec 20% de tabacs fermés.

Le décret lié aux mesures sanitaires n’impose pas la fermeture à ce type de commerce mais les gérants craignent d'être contaminés. 

Invité de France Bleu Paris ce lundi matin, Bernard Gasq, président de la fédération des buralistes d'Île-de-France, ne cache pas son inquiétude :  « J’ai encore appris vendredi soir qu’un collègue était atteint par le virus du Covid 19. Il a 39° de fièvre et il a travaillé tout en étant malade mais aujourd’hui il n’est plus en état et a dû fermer son commerce » a-t-il confié sur notre antenne.

Nous sommes complètement démunis

Interrogé par Adrien Toffolet, sur la raison de ces fermetures en cascade, le représentant des buralistes franciliens répond : "Aujourd’hui nous n’avons pas de masque, pas de gant. Nous n’avons rien pour nous protéger ! C’est une vraie catastrophe pour nous". 

"Et pourtant, la clientèle est là", affirme Bernard Gasq. "Le confinement aurait pu entraîner une baisse des ventes, mais ceux qui sont restés ouverts ont on du monde. Ils ont récupéré la clientèle des autres tabacs fermés". 

"Ce sont les bars-tabacs qui ont été les premiers touchés. Et très souvent le chiffre d’affaire de ces établissement-là a tellement chuté qu’ils n’y arrivent plus économiquement. Ils ont mis tout le monde au chômage technique"

Le président de la fédération des buralistes d'Île-de-France craint qu’une fois passée cette épidémie de Coronavirus, bon nombre d’établissements ne soient en capacité de rouvrir et que cela « remette des gens au tapis ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu