Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Agression mortelle d'un conducteur de bus à Bayonne

Agression mortelle d'un conducteur de bus à Bayonne : les bus Chronoplus reliés en temps réel au commissariat

La convention pour sécuriser le réseau Chronoplus a été signée ce jeudi 23 juillet. Elle fait suite au décès de Philippe Monguillot, le chauffeur sauvagement frappé par des voyageurs. Dorénavant, le commissariat de Bayonne suivra en temps réel par géolocalisation chaque bus.

La convention signée ce jeudi matin engage Kéolys, l'Etat, la justice, la police, Bayonne, Anglet et Biarritz
La convention signée ce jeudi matin engage Kéolys, l'Etat, la justice, la police, Bayonne, Anglet et Biarritz © Radio France - Céline Arnal

Sécuriser le réseau Chronoplus a été une priorité des instances dès l'agression et le décès de Philippe Monguillot, le chauffeur de bus bayonnais mortellement frappé par des voyageurs le vendredi 5 juillet. Une convention engageant  Kéolys ( l'exploitant du réseau Chronoplus), la police nationale, la justice, les villes de Bayonne, Biarritz, Anglet, le SMPBA ( syndicat des mobilités Pays Basque Adour) et évidement l'Etat via la préfecture. 

Le point le plus notable, c'est un système de géolocalisation et d'écoute en temps réel au commissariat de Bayonne. La police nationale disposera du même écran que les régulateurs au PC de Chronoplus. La police sera ainsi à même d'intervenir beaucoup plus rapidement puisque informée à l'instant T d'un incident éventuel. Elle n'interviendra en revanche que sur demande des régulateurs du PC de Kéolys.

Intervention rapide de la police nationale et de la justice 

Il y aura aussi une suivi hebdomadaire des agressions et, c'est le souhait des protagonistes, une plus grande implication de la justice.  Il s'agit que les incidents ne restent pas sans suite. La justice entend ainsi pouvoir intervenir dans le temps de la Flagrance. 

Il faut arrêter, dit Eric Spitz, le préfet de Bayonne, " la culture de l'entre-soi" ; en clair, ce n'est pas aux chauffeurs de tout régler dans leur bus.  Ils doivent être secondés efficacement, c'est d'ailleurs en partie pour cette raison que depuis deux semaines, des vigiles sont dans chaque trambus jour et nuit.  Kéolys proposera dès la rentrée de nouvelles formations à ses équipes.

Les policiers municipaux de Bayonne, Anglet et Biarritz seront dorénavant habilités à intervenir dans les bus même si ce n'est pas sur leur commune.

Signature de la convention  relative à la sécurité du réseau de transport public Chronoplus
Signature de la convention relative à la sécurité du réseau de transport public Chronoplus © Radio France - Céline Arnal

Une police des transports et une convention étendue à tout le département

Très vite après le drame, les maires avaient émis l'idée d'une police des transports. Le projet est toujours d'actualité mais ne prendra forme qu'à l'automne. 

Quant à étendre ces mesures aux autres réseaux de transports en commun du pays basque comme Hégobus ou Proxibus, c'est également prévu. Sur l'agglomération de Pau, une réunion est déjà annoncée pour la semaine prochaine pour le réseau Idélis, qui possède déjà d'ailleurs ce système de géolocalisation en temps réel au commissariat de Pau.  

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a d'ailleurs demandé à tous les préfets de France un rapport sur les différents réseaux avant le 31 juillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess