Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les cahiers de doléances dans les mairies ne connaissent pas un grand succès en Occitanie

vendredi 28 décembre 2018 à 20:44 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Depuis plusieurs semaines des mairies proposent des cahiers de doléances pour recueillir les revendications de leurs habitants. Les thèmes de la justice sociale et fiscale sont ceux qui reviennent le plus. Mais ces cahiers n'attirent pas les foules.

À Portet-sur-Garonne, une seule personne est venue inscrire ses doléances.
À Portet-sur-Garonne, une seule personne est venue inscrire ses doléances. © Radio France - Théo Caubel

Villefranche-de-Rouergue en Aveyron, Colomiers en Haute-Garonne, Saint-Benoit dans le Tarn, toutes ces communes ont ouvert un cahier de doléances pour leurs habitants. Ils peuvent ainsi y inscrire leurs souhaits pour améliorer la société. Il seront ensuite envoyés aux préfectures.

L'association des maires ruraux de France a déjà synthétisé les premières doléances. Et la justice sociale et fiscale arrive en tête suivi de l'organisation politique et territoriale. "Ce que l'on retrouve le plus souvent c'est le pouvoir d'achat et les retraites. Les avoir gelées et à la hausse de la CSG ne passent pas", remarque René Savelli, le président de l'association des maires ruraux de Haute Garonne.

"Je ne pense pas que cela fasse avancer les choses"

Si ces cahiers de doléances ont été lancés en réaction au mouvement des gilets jaunes, il constate que "ce sont les gens des communes qui sont venus s'exprimer, ceux qui ne vont pas sur les rond-points. Et pourtant, on retrouve les mêmes doléances."

Mais ces cahiers ont dû mal à susciter l’engouement. À Portet-sur-Garonne, une seule personne est venue le compléter. La doléance est datée du 19 décembre. Dans la commune, les habitants sont sceptiques sur l'initiative. "Je ne pense pas que cela fasse avancer les choses parce qu'il y a eu des lettres sur les réseaux sociaux et ça n'a pas eu d'impact" fait remarquer Corine. Même si "c'est mieux que d'aller casser des trucs, ajoute Hélène. Mais il faut que ça serve à quelque chose."

Peu d'habitants sont au courant de l'initiative de la mairie à Portet-sur-Garonne.  - Radio France
Peu d'habitants sont au courant de l'initiative de la mairie à Portet-sur-Garonne. © Radio France - Théo Caubel

Du côté de la mairie, on reconnait ce manque de succès. Mais on explique que la communication autour de ce projet n'a pas encore était faite. "Le journal municipal va faire savoir à la rentrée que les cahiers de doléances sont installés, explique Thierry Suaud, le maire de Portet-sur-Garonne. J'imagine que ça peut être une forme de débouché au mouvement des gilets jaunes. À la condition que nous arrivons à les faire passer aux autorités."

"On a déjà une bonne image de l'état de l'opinion"

Même si l'affluence n'est pas aussi forte qu'espérer, ces cahiers ont quand même permis de dégager des tendances. "On aurait pu espérer davantage. Mais je considère qu'avec ce que l'on a, on a déjà une bonne image de l'état de l'opinion" se félicite René Savelli.

D'ailleurs pour laisser le temps à ses administrés de venir le remplir, il laissera le cahier de doléances de sa mairie, à Auzas, disponible jusqu'au 15 janvier.