Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les caméras de vidéo-protection arrivent à Colomiers

jeudi 23 novembre 2017 à 19:15 Par Paul Ferrier, France Bleu Occitanie

Alors que la ville de Toulouse annonce cette semaine avoir atteint son objectif de 350 caméras de vidéo protection installées, c'est au tour de Colomiers de céder à la tendance. La deuxième ville du département installera 31 caméras pour surveiller les rues d'ici le printemps 2018.

C'est sur la place Alex Raymond, devant la mairie, que la première caméra sera installée fin janvier 2018
C'est sur la place Alex Raymond, devant la mairie, que la première caméra sera installée fin janvier 2018 © Radio France - Paul Ferrier

Toulouse, France

C'est un sujet qui ne fait plus vraiment débat aujourd'hui. La vidéo protection (ou vidéo surveillance, c'est selon). Toulouse, cette semaine, a annoncé avoir atteint l'objectif que la ville s'était fixée dans ce domaine. Avec 15 nouvelles caméras installées, notamment autour du quartier de la gare Matabiau, la municipalité en trois ans a fait passer le nombre de caméras de vidéo protection de 21 à 350.

Colomiers s'y met

A Colomiers le projet a pris du retard pour un problème de financement, un désengagement de l'Etat. Cette fois il est sur le rail. La trentaine de caméras et le centre de supervision urbain pour exploiter les images vont coûter 600 000 € à la municipalité. Plus des frais de fonctionnement estimés à 50 000 euros par an. Dans ce dossier, la municipalité socialiste espérait une subvention de 200 000 € de la part du Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation ( FIPDR).

"On avait eu une promesse de l'Etat puisqu'il pousse à créer des polices municipales et à installer de la vidéo protection. Manque de chance, à priori ce ne serait pas dans les priorités du gouvernement actuel", explique Marc Terrail, adjoint au maire de Colomiers, en charge de la tranquillité publique. Sollicité par France Bleu Toulouse, la préfecture de Haute-Garonne répond : "Il s’avère qu’en 2017 seules 2 communes du département de la Haute-Garonne ont pu recevoir une subvention au titre du FIPD videoprotection sur 28 demandes....la demande de la commune est reportée au titre de l’année 2018, sous réserve de la décision du ministère. "

"Pas la solution miracle à tous les problèmes"

Une mairie socialiste qui installe de la vidéo protection, il y a quelques années, cela aurait presque été un événement politique. Aujourd'hui le débat n'existe quasiment plus. "Parce que le contexte national a changé", détaille l'adjoint columérin, en référence à la menace terroriste. Ancien policier Marc Terrail est habitué à travailler avec cet outil. " Le contexte local a également changé, continue l'adjoint en charge de la tranquillité publique, la population augmente et après plusieurs réunions avec les habitants, on a ressenti ce besoin de sécuriser l'espace public."

En ville, autour de la mairie où la première caméra sera installée, la nouvelle est prise avec le sourire. Beaucoup se sentent rassurés par ces caméras. Un homme tire son cabas et raconte avoir un jour oublié sa carte bleue à un distributeur automatique. "Deux minutes après des gars avaient déjà retiré 20 euros. Au moins avec les caméras on auraient vu leurs visages", raconte le Columérin.

L'adjoint au maire Marc Terrail sait bien, pourtant, que ce ne sera pas une révolution. "Évidemment ce n'est pas la solution miracle, concède l'élu, on avait déjà eu des expériences, sur Toulouse notamment, avec un effet de déplacement de la délinquance, pas forcément de maîtrise de la délinquance."

Pas de vidéo-verbalisation à Colomiers

La mairie de Colomiers ne souhaite pas utiliser la vidéo protection uniquement pour les faits de délinquance. Les incivilités aussi seront surveillées et sanctionnées. En revanche Marc Terrail, l'adjoint en charge du dossier, l'affirme : les caméras ne surveilleront pas le stationnement en ville et il n'y aura pas de vidéo-verbalisation.

La première caméra doit être installée en janvier prochain sur la place Alex Raymond devant l'hôtel de ville. Ce sera ensuite le centre ville commerçant puis, dans les quartiers du Val d'Aran, du Seycheron, à proximité de la gare et du lycée Victor-Hugo. Les 31 caméras et le centre de supervision urbaine géré par des agents municipaux doivent être opérationnels au printemps 2018. Un premier bilan sera tiré au bout d' un an. Il s'agira alors de dire si c'est efficace et si la mairie continue le déploiement.