Société

Les campements illégaux évacués sur l'Ile du Ramier à Toulouse

Par Vanessa Marguet, France Bleu Toulouse jeudi 24 septembre 2015 à 19:40

Il y avait 150 personnes environ dans ce campement de l'Ile du Ramier
Il y avait 150 personnes environ dans ce campement de l'Ile du Ramier © Radio France - Vanessa Marguet

Les caravanes et les logements de fortune installés depuis des mois en bord de Garonne ont commencé à être évacués ce jeudi et l'opération va se poursuivre vendredi. La plupart des 150 personnes évacuées devraient se voir proposer une solution de relogement.

Les caravanes, les tentes et les logements de fortune installés depuis des mois et des mois sur l'Ile du Ramier vont bientôt disparaître. La préfecture et la mairie de Toulouse se devaient d'agir avant le 3 octobre suite à une décision de justice. Elles ont donc commencé ce jeudi à évacuer dans le calme ce campement de 150 personnes.

Cela démarré par le transfert d'une cinquantaine de roms roumains et bulgares, dont 11 enfants**, vers des logements mis à disposition par la mairie de Toulouse. Il s'agit de logements répartis dans différents endroits de la ville. Les services municipaux et différentes associations ont travaillé de concert depuis plusieurs semaines pour définir les besoins de ces familles et leur trouver une solution de logement.

Nous les avons relogé en 11 endroits différents de la ville avec des logements adaptés à la taille des familles et des logements qui respectent la dignité des personnes.

— Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse

Ce vendredi, l'opération va se poursuivre pour une cinquantaine d'autres ressortissants d'Europe de l'Est, pour qui, là-aussi des solutions de relogement ont été trouvées d'après la préfecture.

Quant à la cinquantaine d'autres personnes présentes dans ce campement du Ramier, elles ont des profils très différents et leur situation sera étudiée au cas par cas. Le préfet de Haute-Garonne, Pascal Mailhos, assure qu'il n'y aura aucune reconduite à la frontière immédiatement après cette évacuation.

Interview du Préfet Mailhos

Dans le campement du Ramier, les personnes qui attendent leur évacuation voient l'opération plutôt d'un bon oeil, car elles attendent depuis longtemps un logement décent.

Il y en a une personne du premier groupe qui est repassée. Elle est installée dans une maison avec une autre famille. Elle dit que c'est mieux.

— Liliana, une ressortissante bulgare du campement

De son côté, François Piquemal, le porte-parole du DAL 31, l'association Droit aux Logement, qui vient en aide à ces personnes installées sur l'Ile du Ramier, estime que pour l'instant, les choses vont dans le bon sens, mais il attend de voir la fin du week-end pour faire le bilan.

On reste vigilants. On fera les comptes à la fin du week-end pour voir si tout le monde est relogé ou non.

Après l'évacuation du campement de l'Ile du Ramier, il en restera encore beaucoup d'autres à Toulouse, celui de Montaudran et de Ginestous notamment. Au total, la mairie estime qu'il y a 1500 personnes aujourd'hui à Toulouse qui vivent dans des campements illégaux. 

Reportage sur cette évacuation