Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ne pas confondre "convergence des luttes" et "convergence des casseurs" selon Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur

mercredi 18 avril 2018 à 17:09 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Ce mercredi à l’Assemblée nationale, la députée LREM de Montpellier Patricia Mirallès a demandé au ministre de l'Intérieur ce qu'il comptait faire suite aux violences commises en marge de la manifestation du samedi 14 avril. Gérard Collomb lui a promis que "les casseurs seront condamnés".

Il y a eu des dégradations en marge de la manifestation de samedi à Montpellier
Il y a eu des dégradations en marge de la manifestation de samedi à Montpellier © Radio France - Thomas Biet

Montpellier, France

Lors des questions au gouvernement ce mercredi à l’Assemblée nationale, la députée LREM de Montpellier Patricia Mirallès a demandé au ministre de l'Intérieur ce qu'il comptait faire suite aux violences commises en marge de la manifestation du samedi 14 avril. 

Gérard Collomb lui a promis que "les casseurs seront demain déferrés devant la justice et condamnés", après avoir martelé qu'il ne fallait pas que "la convergence des luttes puisse être synonyme de la convergence des casseurs".

Le soir même de la manifestation 42 personnes ont été placées en garde à vue. Deux d'entre elles seulement ont été jugées en comparution immédiate. L'une a demandé plus de temps pour préparer sa défense, l'autre, un homme de 31 ans, a été condamné à trois mois de prison ferme.

Le ministre a également promis qu'à Montpellier comme ailleurs, partout sera rétabli "l'Etat de droit et en particulier dans les facultés, où une minorité empêche les étudiants de passer leurs examens".