Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

Les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le nouveau gouvernement, qui sera annoncé en fin de journée ce lundi, devra s’atteler à plusieurs dossiers importants, dont certains explosifs, comme la réforme des retraites. Tour d'horizon de ce qui attend l'exécutif dans les prochaines semaines et les prochains mois.

Jean Castex lors de la passation de pouvoir vendredi 3 juillet.
Jean Castex lors de la passation de pouvoir vendredi 3 juillet. © Maxppp - Aurelien Morissard

Emmanuel Macron a décidé de s’exprimer le 14 juillet, pour la fête nationale, afin de fixer le cap du  nouveau couple exécutif et du gouvernement. Le nouveau Premier ministre devra donc attendre quelques jours pour faire sa traditionnelle déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale. Cependant, plusieurs dossiers semblent d’ores et déjà prioritaires. Le remplaçant à Matignon d’Edouard Philippe et sa nouvelle équipe devront reprendre plusieurs dossiers à leur compte. 

Parmi eux, la relance économique après la crise du coronavirus, la réforme des retraites, interrompue par le confinement, les négociations sur l'hôpital ou encore la mise en place d’une politique "verte" après la percée des écologistes aux municipales.

La réforme des retraites

Premier dossier, déjà évoqué par Jean Castex, et pas des moins épineux : la réforme des retraites. Ce week-end, le Premier ministre indiquait vouloir régler la question "à court terme". Le Président avait d’ailleurs déjà annoncé, dans un entretien à la presse quotidienne régionale, quelques heures avant la nomination du nouveau Premier ministre, vouloir rouvrir les négociations avec les partenaires sociaux pendant l’été. "Il n'y aura pas d'abandon d'une réforme des retraites", a assuré le chef de l'Etat, même s’il se dit "ouvert" à ce qu'elle "soit transformée".

Après des mois de négociations et de mobilisation, une adoption au 49-3 et une suspension mi-mars pour cause de confinement des Français, ces discussions s’annoncent tendues. Encore faut-il qu’elles aient lieu. "Tous les syndicats sont d'accord aujourd'hui pour dire que la réforme des retraites, ce n'est pas un sujet prioritaire" face au chômage qui s’annonce, botte en touche Philippe Martinez, le patron de la CGT, ce dimanche sur LCI. "On ne va pas se remettre à se foutre sur la gueule sur la question des retraites dans cette période", s’agace de son côté Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. 

Mais Jean Castex, et derrière lui Emmanuel Macron, dont c’était l’une des promesses de campagne, ne lâchera pas : "La crise a aggravé fortement le déficit de nos régimes de retraite. Je souhaite reprendre le dialogue avec les partenaires sociaux, c'est indispensable", a déclaré le nouveau chef du gouvernement dans les colonnes du Journal du Dimanche, ce 5 juillet. Les syndicats attendent le nouveau locataire de Matignon de pied ferme.

La relance économique

Entre 11,4 et 14,1%. C’est la contraction du PIB qu’anticipe l’OCDE pour la France en 2020, soit l’une des plus fortes chutes au monde. Le confinement a fait du mal aux entreprises françaises. "La rentrée sera difficile. Il faut s'y préparer", avait averti Emmanuel Macron dans ce même entretien accordé à la presse quotidienne régionale. Alors que les plans sociaux se multiplient, le nouveau gouvernement devra répondre présent pour sauver un maximum d’emplois. 

A peine arrivé à Matignon, le nouveau Premier ministre Jean Castex, s’est rendu samedi après-midi sur le site d'une usine au Coudray-Montceaux, en Essonne, soutenue par l’Etat. Une visite symbolique : "L'objectif de l'Etat, c'est de voir (…) comment ne pas simplement agir sur le court terme, comment on peut assurer (…) une relocalisation, un maintien durable des emplois industriels et exposés à la concurrence dans notre pays", a-t-il dit.

Le chef de l’Etat, de son côté, s’engage à "ne laisser aucun jeune sans solution", grâce à "des incitations financières à l'embauche et un ensemble de mesures." Lesquelles ? 

Un "plan de relance" est "en cours de préparation". Il devrait être adopté fin août. Sur TF1 vendredi, Jean Castex évoquait "des investissements stratégiques dans des secteurs d'avenir, notamment via la transition écologique".

Les hôpitaux et le système de Santé

Encore un sujet brûlant pour le nouveau Premier ministre. Alors que la fin du Ségur de la Santé vient d’être reportée, faute d’accord, les négociations se font à couteaux tirés entre l’hôpital et l’Etat. Après avoir été mis à rude épreuve pendant la crise sanitaire, les soignants ne laisseront rien passer au nouveau chef du gouvernement. Les 6,8 milliards d’euros d’ores et déjà mis sur la table pour la revalorisation de tous les salaires sont loin de suffire, disent les syndicats. Après plusieurs manifestations, un préavis de grève a été déposé pour le 9 juillet. 

Un dossier taillé sur mesure pour Jean Castex, ancien directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins entre 2005 et 2006. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, le 5 juillet, le Premier ministre dit souhaiter conclure dès "la semaine prochaine" le plan promis par Emmanuel Macron pour sortir le secteur de la santé de l’ornière. 

Les violences policières

Comment apaiser la défiance envers les forces de l’ordre, tout en calmant les esprits des policiers qui se sont sentis lâchés par le ministre de l’Intérieur ? Une question délicate à laquelle le nouveau Premier ministre devra faire face. Jean Castex s’y est déjà attelé. Ce dimanche, il a rendu une visite surprise à un commissariat de La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Le nouveau chef de l’exécutif y a assuré les forces de l’ordre de son "soutien". "Les actes viendront, la reconnaissance et le soutien seront sans faille", a dit le Premier ministre. 

L’écologie 

Après la vague verte des élections municipales, l'écologie n'est "pas une option" mais "une obligation", affirme Jean Castex, qui veut "accélérer" les décisions. 

Sur les 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat, 146 ont été validées par le chef de l’Etat la semaine dernière. Parmi elles, la rénovation thermique des bâtiments, de nouvelles aides à l'achat de véhicules électriques ou encore un coup de pouce aux lignes régionales de train. Au total, un investissement de 15 milliards d’euros. 

Pas suffisant pour convaincre l'eurodéputé EELV Yannick Jadot. Il dénonce une "parfaite continuité entre Jean Castex et Edouard Philippe" qui, selon lui, "n'ont jamais marqué un quelconque intérêt pour le climat ou la biodiversité".

"Le temps est venu de faire un choix franc" sur l'écologie, a aussi exhorté dimanche l'ex-ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot, qui avait démissionné du gouvernement en 2018.

La composition du gouvernement de Jean Castex
La composition du gouvernement de Jean Castex © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess