Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les chasseurs du Var et des Bouches-du-Rhône séduits par le projet de réforme du gouvernement

dimanche 3 juin 2018 à 18:40 Par Chloé Gandolfo, France Bleu Provence

Un permis national de chasse moins onéreux, une liste des espèces chassables modifiée, le secrétaire d'Etat à la Transition écologique annonce plusieurs mesures pour réformer la chasse. Dans les Bouches-du-Rhône et dans le Var, les chasseurs s'en réjouissent.

Le gouvernement annonce des pistes pour réformer la chasse.
Le gouvernement annonce des pistes pour réformer la chasse. © Maxppp - Vincent Voegtlin

Ces annonces séduisent les chasseurs du Var et des Bouches-du-Rhône : Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat à la Transition écologique, indique ce mercredi que le prix du permis de chasse national pourrait être abaissé et la liste des espèces chassables modifiée. 

Le permis de chasse national coûte actuellement 400 euros, la Fédération nationale de chasse (FNC) plaide pour un montant de 150 à 200 euros. Le gouvernement veut baisser le prix pour rendre plus accessible la pratique de la chasse. 

"La chasse est une passion qui coûte cher. Il faut compter le coût du permis de chasse puis les munitions, le chien, les trajets en voiture et tous les accessoires. C'est minimum 1000 euros par an pour un petit chasseur", calcule Anthony qui pratique la chasse dans les Bouches-du-Rhône, le Var et la Corse.  Pour ce jeune chasseur de 26 ans, un permis moins cher, cela permettrait de "rajeunir" la population de pratiquants de la chasse. 

"Rajeunir" la population de chasseur

Autre axe de la réforme : la liste des espèces chassables. Elle pourrait être modifiée pour augmenter le quota de prélèvements pour certains animaux et l'abaisser pour d'autres. Par exemple, pour les sangliers qui prolifèrent dans notre région le quota d'animaux tués pourrait être relevé. 

Barthélémy vit à Aubagne et pratique la chasse depuis des années : "On va pouvoir mieux gérer la population de sangliers par exemple. Il y a des endroits où il ne faudra peut-être pas la chasser parce qu'il n'est pas assez développé. Et des endroits où il fait trop de dégâts et là on pourra le chasser avec des quotas beaucoup plus importants", imagine-t-il. 

"Il faut arrêter la chasse pour qu'on puisse se promener en toute sécurité."

Mais les anti-chasse sont scandalisés par ces mesures comme Anthony, un marathonien qui s'entraîne régulièrement dans les collines de Gémenos : "Ouvrir le permis de chasse à plus de personne, Non ! Faut arrêter la chasse, pour qu'on puisse se promener en toute sécurité. Ce sont des gens dangereux. Ils nous ont tiré dessus à plusieurs reprises et les balles ne sont pas passées loin. On les a entendu passer dans les feuilles plusieurs fois. Ils font en sorte qu'on dégage !", raconte-t-il. 

Il y a 22.000 chasseurs dans les Bouches-du-Rhône et 18 000 dans le Var