Société

Les chocolatiers se préparent à une hausse de production et d’affluence pour ce week-end de Pâques

Par Rebecca Gil, France Bleu Belfort-Montbéliard mercredi 1 avril 2015 à 18:34

Aurélien Cardot, chocolatier à la boulangerie pâtisserie La Roseraie à Belfort
Aurélien Cardot, chocolatier à la boulangerie pâtisserie La Roseraie à Belfort © Radio France - Rebecca Gil

A l’approche de Pâques, les chocolatiers se préparent depuis quelques semaines à la forte affluence des clients. Une affluence qui a pour effets l’augmentation considérable de leur production mais aussi l’explosion de leur chiffre d’affaires.

Oeufs, poules, lapins ou autres crustacés, vous serez certainement des centaines à acheter du chocolat sous toutes ses formes pour ce week-end de Pâques, pour vos enfants, vos petits-enfants et même pour les plus grands.

Pâques est la période la plus rentable pour les chocolatiers après Noël, c’est en tout cas le cas pour Aurélien Cardot, jeune pâtissier qui a pris la relève de son père à la boulangerie-pâtisserie La Roseraie à Belfort depuis deux ans.

 

Une production multipliée par cinq

Lors de la période de Pâques, la production augmente considérablement. A La Roseraie à Belfort, elle est multipliée par cinq, soit 600 à 700 kg servant à la production des différentes figurines, fabriquées depuis deux mois.

 

Le temps, un allié précieux

Dans cette boulangerie-pâtisserie, on se prépare depuis le mois de février à cette hausse de production, car il faut du temps pour travailler le chocolat.

Pâques chocolatier SON

"Pour faire une dizaine de moulages, il faut compter environ quatre à cinq heures de préparation, car les détails prennent du temps. De plus, il ne faut pas brusquer le chocolat. Il faut respecter le temps de refroidissement, et doser correctement pour qu’il ne soit pas trop fragile s’il y en a trop peu, et pas trop cher à la vente s’il y a un surplus de chocolat."

**

Un chiffre d’affaires qui s’envole

Le chiffre d’affaires est lui aussi impacté lors de la période de Pâques, d’environ 20 à 25% de plus .

BOB 2 Pâques chocolatier

"Cela s’explique par le coût du chocolat, plus élevé que le reste des produits vendus en boulangerie-pâtisserie, mais aussi par une affluence rarement vue le reste de l’année."

**

"Si l’on rate la période de Pâques, notre chiffre d’affaires du reste de l’année s’en ressent"

Une qualité que l’on ne retrouve pas ailleurs

Les clients sont bien souvent prêts à payer plus cher pour avoir une qualité meilleure que celle que l’on peut retrouver en grande surface, notamment à la période de Pâques.

"Ce ne sont pas simplement des machines qui fabriquent le chocolat dans des moules, nous prenons le temps pour fabriquer nos produits et avons le souci du détail. De plus, nos produits sont de grande qualité et nous y prenons garde."

Chacun de nous consomme environ 7 kg de chocolat par an, 20% de la consommation se situe à Pâques.