Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les cinq infos à retenir de l'été dans les Landes

lundi 24 août 2015 à 7:00 France Bleu Gascogne

Vous avez décroché de l’actualité en juillet et en août durant vos vacances ? Tout ce qu’il faut retenir des informations de l’été dans les Landes est résumé ici.

US Dax (archive, 2014)
US Dax (archive, 2014) © Radio France - Olivier Uguen

Ce sont les cinq informations qui ont marqué l'été dans les Landes.

#1 | L’US Dax jouera bien en Pro D2 de rugby

Le feuilleton de l’été se termine bien pour l’US Dax. C’est l’aboutissement de plusieurs semaines de procédure. Le 20 août, le tribunal administratif de Versailles rejette la requête du Lille Métropole Rugby (qui avait acquis sa montée en Pro D2 sur le terrain, mais compromise à cause des 800 000€ de dettes accumulés par le club nordiste entre 2011 et 2014) et relègue de facto, le LMR, en Fédérale 1. Dax en profite donc, repêchée en Pro D2. La Ligue avait accordé un délai de deux semaines à l'équipe retenue après cette décision de justice. Ce qui fait que**** le premier match de Dax se jouera à domicile au Stade Maurice Boyau, le dimanche 6 septembre 2015 à 14h30 contre Bayonne. 

A LIRE AUSSI: le résumé du feuilleton de l'étéLa longue attenteL'US Dax n'existe plusCe qui attend maintenant l'US Dax

#2 | Solidarité maximale pour retrouver Holy le chien de Max Guazzini

La traque du milieu de l’été a tenu en haleine les réseaux sociaux durant 15 jours. Mi-juillet, l’ancien président du Stade Français rugby, Max Guazzini, est en vacances dans les Landes à Capbreton. Et le 18 juillet, il perd sa chienne Holy, petit Beagle de trois ans. Les recherches démarrent. Et désespéré, Max Guazzini poste des dizaines de messages sur Twitter, paye même des publicités dans les journaux locaux et promet un récompense. Finalement, Holy est retrouvée à Labenne, début août, grâce à un signalement.

Max Guazzini, ex-président du Stade Français - Maxppp
Max Guazzini, ex-président du Stade Français © Maxppp

 

 

Max Guazzini a remercié les Landais pour leur mobilisation en payant un apéritif à Capbreton.

A LIRE AUSSI : la quête de Max Guazzini sur les réseaux sociaux

#3 | La guerre à la mairie de Seignosse

Elu en mars 2014, le maire de Seignosse a perdu le soutien d’une partie de ses élus, à peine un an plus tard. Cela s’est confirmé lors du conseil municipal de Seignosse le 13 juillet dernier. Pendant deux heures, dans une ambiance bruyante et contestataire, le maire de droite Lionel Camblanne est mis en minorité sur chacune de ses 17 délibérations. L’aboutissement de plusieurs mois de tensions dans sa propre équipe de la majorité. Certains des co-listiers du maire, dont son premier adjoint Edgar Morincomme, ont rejoint les rangs de l’opposition. Les frondeurs dénoncent un comportement autoritaire et un déni de démocratie de la part du maire. Lionel Camblanne parle lui d’élus privilégiant leurs intérêts et menant une guerre personnelle contre lui.

La guerre à la mairie de Seignosse

Aujourd’hui, le maire de Seignosse affirme toujours qu’il ne démissionnera pas. Il vient de régler ses comptes dans une lettre adressée aux Seignossais LIEN et distribuée dans la commune.  Ses adversaires eux en appellent à la Préfecture des Landes.

#4 | Mont-de-Marsan se débarrasse de ses emprunts toxiques

Après plus de sept ans de questionnement et de procédures, la ville de Mont-de-Marsan se débarrasse de ses emprunts toxiques. La ville accepte le protocole proposé par l’Etat de renégocier l’emprunt à taux fixe. Ces emprunts avaient été contractés auprès de la banque DEXIA en 2006 à un taux variable de 2% à l’époque, adossé au franc-suisse. Avec son envolée, le taux de l’emprunt grimpe tous les ans, jusqu’à 22,5% aujourd’hui. Ainsi en 2015, la ville, doit par exemple rembourser 1,6 million d’euros, soit le double de ce qui était prévu dans le budget quelques mois plus tôt. L’accord validé par le Conseil Municipal cet été est le suivant : Mont-de-Marsan accepte un remboursement anticipé de son prêt auprès de DEXIA, ce qui coûte 9 millions d’euros. L’Etat en prend en charge la moitié. Mont-de-Marsan n’a « plus qu’un chèque » de 4,5 millions d’euros à signer pour en finir avec cette histoire. Un choix lucide et responsable pour l’adjoint aux finances, Charles Dayot.

Un choix lucide et responsable pour la ville de Mont-de-Marsan

Avec cet accord, Mont-de-Marsan s’engage à ne pas entamer de procédure judiciaire contre DEXIA. Cette procédure pouvait s’avérer longue, coûteuse et sans garantie. La ville joue donc la carte de la sécurité.

#5 | Calogero condamné pour plagiat

Le 26 juin 2015, un compositeur landais gagne en justice contre le chanteur Calogero. La Cour d’appel de Paris estime que le refrain du tube « Si je pouvais lui manquer » est identique à 63% à celui du titre du Landais Laurent Fériol intitulé « Chansons d’artistes » et composée pour la troupe Les Années Boum. En clair : c’est du plagiat. Le Landais Laurent Fériol avait déposé son titre à la Sacem en 2001, et c’est en 2005 qu’il porte plainte après avoir entendu, en pleine nuit, le titre de Calogero à la radio. Le célèbre chanteur reconnaît d’ailleurs la similitude des refrains, mais son avocat explique devant les juges que c’est le fruit du hasard. Le combat judiciaire durera 10 ans. Des indemnités seront accordées au Landais, lors d’une prochaine audience judiciaire.

Calogero - Maxppp
Calogero © Maxppp

Ecoutez et faites-vous une idée par vous-même en cliquant ici 

Par :