Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les cinq militants de la Confédération Paysanne ressortent libres mais sous contrôle judiciaire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Picardie

Les cinq militants de la Confédération Paysanne, interpellés mercredi après le démontage d'une partie de la ferme dite des 1000 vaches, ont été présentés vendredi matin à la justice. Ils sont ressortis libres mais placés sous contrôle judiciaire. Ils seront jugés le 1er juillet devant le tribunal correctionnel d'Amiens

Dominique Henry est la première militante à sortir du palais de justice d'Amiens
Dominique Henry est la première militante à sortir du palais de justice d'Amiens © Marie-Gaëtane Comte - Radio France

Les cinq militants de la Confédération Paysanne, interpellés mercredi après le démontage d'une partie de la salle de traite de la ferme dite des 1.000 vaches, ont été présentés vendredi matin à la justice à Amiens. Ils ont été entendus par le procureur de la République. Dans l'après-midi, ils sont sortis les uns après les autres après avoir été placés sous contrôle judiciaire. 

Dominique Henry, une militante de la Confédération Paysanne de Franche-Comté, est la première sortie du palais de justice. Quelques minutes plus tard, c'est Laurent Pinatel, le porte-parole national qui a retrouvé la liberté. Puis les trois autres militants, dont Olivier Lainé, le porte-parole de la Confédération Paysanne en Seine-Maritime. 

Les cinq syndicalistes agricoles seront jugés le 1er juillet devant le tribunal correctionnel d'Amiens. Laurent Pinatel, le porte-parole de la Confédération Paysanne, est convoqué pour recel de vol aggravé, les quatre autres militants pour dégradations et vol aggravé. Deux d'entre eux seront aussi jugés pour avoir refusé un prélèvement d'ADN. 

Dès le début de la matinée, une vingtaine de militants, de sympathisants et d'élus, s'étaient rassemblés devant le palais de justice pour apporter leur soutien, notamment la députée européenne Europe Ecologie Les Verts. On pouvait voir des banderolles avec cette inscription "Non aux mille vaches". Les militants et les sympathisants étaient surveillés par une dizaine de policiers.

"Non à l'usine à vaches"

 

"Il y trop d'enjeux pour laisser tomber"