Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les CIO menacés de disparition en Franche-Comté

mardi 5 juin 2018 à 18:40 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les centres d'information et d'orientation sont menacés de disparition : un projet de loi prévoit de transférer la compétence en matière d'orientation aux régions, et d'installer les CIO au sein des lycées. Le personnel de ces établissements s'inquiète dans le Nord Franche-Comté.

Le personnel du CIO de Montbéliard s'inquiete du projet de loi "Pour la liberté de choisir son avenir professionnel"
Le personnel du CIO de Montbéliard s'inquiete du projet de loi "Pour la liberté de choisir son avenir professionnel" © Radio France - Wassilla Guittoune

Franche-Comté, France

Le projet de loi baptisé "pour la liberté de choisir son avenir professionnel" est examiné en ce moment devant l'Assemblée nationale en commission des affaires sociales : il prévoit, entre autres, de laisser la compétence des centres d'information et d'orientation aux régions, et donc aux lycées. Virginie Gustun, délégué académique de l'association des directeurs de CIO, et directrice du CIO de Lure redoute les applications de cette loi, et craint le fait que son établissement disparaisse : "C'est un service public qui va disparaître" affirme t'elle, "et ce sont les plus démunis qu'on va encore laisser de côté".

Les jeunes en situation de décrochage scolaire les plus touchés

Agnès Bechtold, directrice du CIO de Montbéliard explique que la réforme les "cantonnera à rester  dans les lycées. Or aujourd'hui on s'adresse à un public plus large". Elle prend pour exemple les jeunes qui ont abandonné l'école, ou en voie de déscolarisation :  "On est dans des actions de mobilisation importante par téléphone, pour les faire venir, prendre contact, les rassurer. On essaie d'envisager la meilleure solution avec eux : soit reprendre une formation par alternance, soit revenir à l'école".  Ainsi, au CIO de Lure, en 2017, 280  jeunes en situation de décrochage scolaire, ou allophones, ont pu obtenir un rendez-vous pour parler de leur avenir. 400 jeunes en voie de décrochage scolaire ont également été pris en charge. Celui de Belfort prend en charge environ 300 personnes en situation ou en voie de décrochage scolaire.

Un service public qui va disparaître?

"Notre est essentiel" poursuit Agnès Bechtold. Dans le CIO qu'elle dirige, environ 200 documents, revues, brochures sur l'orientation sont entreposés dans une dizaine d'armoires à disposition du public : des informations sur l'art, les carrières sociales ou encore sur l'industrie, avec des thèmes extrêmement précis comme les transports maritimes et fluviaux ou encore sur la coutellerie ou même sur les jouets. Le public accueilli est diversifié : "5000 personnes sont accueillis ici : des élèves, des jeunes en recherche d'apprentissage, des étudiants, des parents d'élèves, des personnes en reconversion. Certains d'entre eux n'auraient donc plus accès à nos services". 

On essaye de faire émerger des talents, des réussites

"On entend les critiques faites à notre égard : nous serions déconnectés des réalités" souligne la directrice du CIO de Montbéliard, conseillère d'orientation psychologue depuis 30 ans "mais nous ne sommes pas là pour trouver un emploi à un jeune 15 jours après la rencontre. On est dans un processus de construction pour essayer de faire émerger des talents, des envies, des réussites. Souvent on va essayer de rebooster un jeune, lui donner envie de se dépasser, de faire des efforts, pour construire dans la durée quelque chose qui ait un sens pour lui".

Un "renforcement de l'accompagnement de proximité pour les élèves" selon l'Académie de Besançon

De son côté l'Académie de Besançon souligne que le projet n'est encore qu'un projet de loi. "La réflexion est engagée, et va se poursuivre. Mais le but est bien de transformer l'orientation des nos jeunes pour mieux faire réussir les élèves et pour une meilleur insertion professionnelle, avec une attention toute particulière pour les territoires ruraux".