Société

Les clichés dans le viseur des chasseurs

Par Adrien Bossard, France Bleu Poitou et France Bleu dimanche 18 octobre 2015 à 21:49

Une dizaine de non-initiés ont pris part à la chasse.
Une dizaine de non-initiés ont pris part à la chasse. © Radio France - Adrien Bossard

Opération séduction pour la chasse dans 45 départements de France ce dimanche 18 octobre. Pour améliorer leur image et lutter contre les préjugés, les chasseurs conviaient le public à une partie de chasse. Exemple à Saint-Martin-lès-Melle, en Deux-Sèvres.

Il est difficile de se débarrasser des vieux clichés. Le chasseur ne dira pas le contraire, il souffre d'un déficit d'image. Dans l'esprit de certaines personnes, il est vu comme un personnage bourru et aviné décrit dans ce sketch des Inconnus, en 1991.

Chasser les préjugés

Plus de 20 ans après cette parodie, les chasseurs traînent encore comme un boulet cette image. Voilà pourquoi depuis 3 ans maintenant, la Fédération Nationale des Chasseurs de France a mis en place l'opération "Un dimanche à la chasse".

L'objectif est de convier le public à une partie de chasse pour réellement voir ce que c'est et tordre à certaines idées reçues. 

"Le chasseur, j'en ai l'image du tueur d'animaux et de la picole à la pause", Guillaume

Ce dimanche 18 octobre, à Saint-Martin-lès-Melle, en Deux-Sèvres, une dizaine de personnes ont donc suivi une partie de chasse, en compagnie de Jacques, chasseur depuis 44 ans. "Ces opérations là sont essentielles, il y a plein de gens qui ne nous comprennent pas, voire pire, qui nous détestent, des anti-chasseurs", explique-t-il.   

Et oui, la chasse c'est aussi pour les filles. - Radio France
Et oui, la chasse c'est aussi pour les filles. © Radio France - Adrien Bossard

Des anti-chasseurs, dans le petit groupe qui suit Jacques, il y en a. Guillaume est très réticent. "J'ai  l'image du tueur d'animaux et de la picole à la pause. Mais c'est peut-être faux, justement, je suis là pour voir."

"La chasse, c'est profiter de la nature. C'est ça qui me fait lever le matin", Jacques, chasseur depuis 44 ans

Un petit briefing sur les questions de sécurité et c'est parti pour 3 heures à marcher dans les bois, avec les chiens. "La chasse, c'est aussi ça, profiter de la nature, et voir comment les chiens que j'ai dressé se comportent. C'est ça qui me fait lever le matin, pas le fait d'aller tuer des animaux, sinon je resterai chez moi", assure Jacques.

De la pédagogie et de la transparence, tel est le mot d'ordre de cette sortie dominicale pour qui cela devient un réel plaisir. Un jeu plutôt pour les enfants. 

"Plus tard, je serai chasseur", Baptiste, 6 ans

Baptiste et Matthias, 6 ans :"On sera chasseurs plus tard". - Radio France
Baptiste et Matthias, 6 ans :"On sera chasseurs plus tard". © Radio France - Adrien Bossard

Matthias et Baptiste, 6 ans, s'amusent au milieu des champs. "C'est mieux que d'être à la maison", estime Baptiste, qui a sorti pour l'occasion, la véritable tenue du chasseur. "Il n'y a pas eu besoin de le motiver pour cette sortie, raconte sa maman. Il était le premier levé à 5 h 30, prêt à faire une heure de route pour suivre la chasse."

Guillaume, réticent au départ, confie qu'il s'était "trompé" sur quelques points. _"Le chasseur est respectueux de la nature, c'est plus une balade qu'autre chose. J'avoue que ça a un côté sympa."  De là à prendre le fusil ? "Non, toujours pas (rires) !"_

Les "apprentis chasseurs" et un faisan. - Radio France
Les "apprentis chasseurs" et un faisan. © Radio France - Adrien Bossard

Pour Jacques, le chasseur, l'objectif est tout de même atteint." Ce qu'il faut avant tout, c'est qu'ils aient tous une vision plus représentative de ce qu'est la chasse. Et si possible qu'il parle de cette sortie à leurs amis en leur disant que finalement, ça peut être chouette et qu'on peut être sympa".