Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les collectionneurs et le musée des 24 Heures s'arrachent les objets du Legend' Café vendus aux enchères

-
Par , France Bleu Maine

Liquidé en septembre dernier, le Legend café du Mans ouvrait une dernière fois ses portes pour une vente aux enchères du matériel et de la décoration. Au moins 200 personnes sont venues dont de nombreux collectionneurs à la recherche de nouveaux trésors. Ainsi que le musée des 24 Heures du Mans.

La façade de la célèbre brasserie mancelle
La façade de la célèbre brasserie mancelle © Radio France - Ruddy Guilmin

Pour les amoureux des 24 Heures du Mans et les adeptes de "l'automobilia", c'était l'endroit où il fallait être ce mercredi. Entre les banderoles, les plaques émaillées, les combinaisons de pilotes, les capots de voitures et les accessoires en tout genre, l'ancienne brasserie dédiée à la gloire de la voiture avait des allures de caverne d'Ali Baba pour les amateurs souhaitant enrichir leur collection. 

Vente aux enchères au Legend' Café : écoutez notre reportage

Josiane et son mari Michel ont par exemple acquis un lot de 25 lithographies du peintre officiel des 24 h, François Bruère, pour 470 € : "Mon mari s'est fait un petit garage pour ses petites voitures où il les encadre. Celles-ci en plus sont grandes et numérotées. Donc ça a de la valeur." 520 € pour une banderole, 650 € pour un moteur V6, 1 500 € pour le carénage accroché sur la façade du restaurant... Certains prix se sont un peu envolés. Au grand dam d'Alain, un collectionneur : "On a toujours le désir d'avoir un objet qu'on n'a pas, mais ce qui nous arrête, c'est les prix. Il suffit qu'on soit cinq ou six acharnés et voilà... Et puis là en plus, il y a le musée des 24 Heures. C'est difficile de jouer en concurrence avec eux et puis c'est normal que certains objets retournent au musée."

Franck a emporté le contenu de cette vitrine, notamment les fameuses assiettes - Radio France
Franck a emporté le contenu de cette vitrine, notamment les fameuses assiettes © Radio France - Ruddy Guilmin

Le musée des 24 Heures est en effet reparti avec de nombreux lots. Mais il a parfois été supplanté par certains collectionneurs, comme Franck. Venu de Seine-et-Marne pour alimenter son propre mini-musée qu'il a créé chez lui, il s'est emparé pour 500 € du contenu d'une vitrine pleine d'accessoires. Avec notamment des assiettes décorées de portraits de pilotes qui attiraient de nombreuses convoitises : "C'est très recherché puisque sept personnes sont déjà venues me voir pour me proposer de me les racheter. Notamment le musée, mais pour l'instant je les garde ! Après, s'il veulent m'échanger une voiture des 24 Heures contre les assiettes, on peut négocier !", conclut-il en riant. 

Une vente aux enchères très riche selon le commissaire priseur, mais qui aurait pu l'être encore davantage. D'après des connaisseurs, certains objets du Legend' Café avaient disparu bien avant cette journée.

Choix de la station

France Bleu