Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

"Les pertes du confinement ne seront pas rattrapées", pour le président de l'entreprise sarthoise JEMINI

Par

Emmanuel Macron autorise la réouverture des commerces à compter de ce week-end. Eric Desruelle le président de JEMINI, entreprise sarthoise de peluches et de jouets salue cette décision mais assure que cela ne compensera pas les pertes du confinement.

Eric Desruelle, le président de CIJEP. Eric Desruelle, le président de CIJEP.
Eric Desruelle, le président de CIJEP. © Radio France - Elie Abergel

C'est la première étape du déconfinement, et elle permet aux commerçants de voir le bout du tunnel. Les magasins et boutiques pourront rouvrir ce week-end, dès samedi, sous réserve d'un protocole sanitaire strict.

Publicité
Logo France Bleu

Pour Eric Desruelle, le président de l'entreprise sarthoise de fabricants de peluches et de jouets JEMINI, c'est une excellente nouvelle, car cela ouvre de nouveaux débouchés. 

"On se réjouit bien évidemment de cette annonce, cela permettra à l'ensemble des commerces de rouvrir, et surtout c'est le retour à une saine et libre concurrence entre les différents acteurs", explique M. Desruelle, même si "il est encore tôt pour mesurer les signes et les effets de cette annonce". 

Redémarrage, mais pas de rattrapage 

"Certains jouets sont en rupture de stocks dans des magasins, quand ailleurs certaines enseignes annulent les commandes certains produits, même si tout va dans le bons sens pour le moment", précise le président de JEMINI. 

Une chose est sûre, ce qui est perdu est perdu. Eric Desruelle estime que la réouverture des commerces ne suffira pas à compenser les pertes liées à ce confinement d'automne.  

"Nous avions une prévision du taux de croissance pour cette année de l'ordre de 20%, et nous étions sur un belle trajectoire. Après ces deux confinements, nous devons voir à la baisse nos prévisions. Au lieu de 20%, nous passons à 5% de croissance anticipée, une baisse de 15% donc", détaille Eric Desruelle.  

Boycotter Amazon ?

Les produits (jouets, peluches), de l'entreprise JEMINI se vendent dans des magasins de jouets, des grandes surfaces, mais aussi sur les plateformes en ligne comme Amazon. Alors les appels au boycott du géant de la vente en ligne n'enchantent pas Eric Desruelle. 

"Je ne serai pas de ceux qui jettent l'opprobre sur un tel ou un tel. La situation est déjà suffisamment chaotique comme ça", commence-t-il. 

"La Nation n'a pas besoin de chercher des bouc-émissaires, il fallait que tout les commerces soient rouverts, et c'est désormais le cas", assure-t-il. 

Publicité
Logo France Bleu