Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les communautés religieuses de Bordeaux unies après l'attaque de Saint-Étienne-du-Rouvray

samedi 30 juillet 2016 à 19:42 Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde

Quatre jours après l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, une cérémonie œcuménique a rassemblé catholiques, musulmans, juifs, protestants, bouddhistes et laïcs en l'Église Notre-Dame ce samedi soir. Tous voulaient montrer leur solidarité et le refus des divisions face à la barbarie terroriste.

Les principales autorités religieuses de la ville de Bordeaux ont affiché leur unité.
Les principales autorités religieuses de la ville de Bordeaux ont affiché leur unité. © Radio France - Damien Gozioso

Bordeaux, France

Plusieurs centaines de personnes ont assisté ce samedi soir à la cérémonie œcuménique organisée en l'Église Notre-Dame de Bordeaux en hommage au père Jacques Hamel, victime des terroristes à Saint-Étienne-du-Rouvray, mais plus largement à toutes les victimes du terrorisme partout dans le monde.

Salut fraternel

Après un court mot d'accueil, le vicaire du Diocèse de Bordeaux, le père Jean Rouet, a invité toutes les personnes présentes à se saluer. Certains se sont serrés la main, d'autres se sont enlacés ou fait la bise. Tous arboraient un large sourire en allant vers l'autre, c'était le message principal de ce rassemblement.

"J'ai presque soixante ans et c'est la première fois de ma vie que je mets les pieds dans une Église, confie Mohamed. Après ce dernier attentat je suis ému, parce qu'il a eu lieu dans une église, un lieu de culte. Et demain ce sera peut-être une mosquée." Mais Mohamed tenait à venir, montrer sa solidarité envers les catholiques, aussi parce qu'il espère de la sorte les amalgames cesseront.

Une minute de recueillement empreinte d'émotion. - Radio France
Une minute de recueillement empreinte d'émotion. © Radio France - Damien Gozioso

La peur des amalgames toujours présente

Le recteur de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou a lui aussi pris la parole pour rappeler : "Notre ennemi ne connait pas de frontières religieuses, il est contre l'humanité". Et de saluer les membres de la communauté catholique de France : "qui a dans la difficulté su maintenir son message d'ouverture et de paix".

À la sortie de la cérémonie, Hamza et Myriam, tous les deux musulmans, discutent avec Élisabeth, elle catholique pratiquante. "Nous croyons tous en un dieu, qu'il s'appelle Yahvé, Allah, Dieu, mais ce qui nous rapproche c'est une croyance, nous ne devons donc pas être désunis" explique Élisabeth. "Le message de toutes les religions, c'est le message de paix et d'amour" répond Hamza . Et Myriam conclut : "On l'a montré en se tenant tous par la main, c'était beau".

Hamza, Myriam et Élisabeth, heureux d'échanger à la fin de la cérémonie. - Radio France
Hamza, Myriam et Élisabeth, heureux d'échanger à la fin de la cérémonie. © Radio France - Damien Gozioso