Société DOSSIER : La ruralité : un enjeu électoral 2017

Les communes rurales du Vaucluse se mobilisent pour garder leurs services de proximité

Par Anne Domece, France Bleu Vaucluse et France Bleu lundi 13 mars 2017 à 9:15

Les villages du Vaucluse doivent vivre toute l'année, s'emportent les maires ruraux.
Les villages du Vaucluse doivent vivre toute l'année, s'emportent les maires ruraux. © Maxppp -

Les trois quarts des communes de Vaucluse comptent moins de 5.000 habitants. Et dans ces villages, les habitants notent tous un recul des services de proximité. Ce sont alors les municipalités qui prennent le relais.

Le Vaucluse est ce qu'on appelle un "département rural" : 127 de ses 151 communes comptent moins de 5.000 habitants. Dans tous ces villages, un sentiment domine : les services de proximité sont en recul.

C'est vrai pour les services publics, mais pas seulement : l'ensemble des services à la population est concerné : la Poste, les commerces, les banques (avec leurs distributeurs de billets), les cabinets médicaux, les dentistes, les stations-services... La liste est longue. Du coup, les municipalités cherchent des solutions pour pallier les manques.

Sauvons nos villages !

A Villes-sur-Auzon, par exemple, la mairie a pris en charge la gestion de la station-service. Elle a installé un automate pour les paiements, et ce sont les agents municipaux qui nettoient les pistes et qui remplissent les cuves. Mais la municipalité assure bien d'autres services, comme le souligne le maire Frédéric Rouet :

"Nous allons installer une agence postale communale dans les locaux de la mairie. Et dans le bâtiment laissé vacant par la Poste, nous allons aménager deux cabinets médicaux. Il faut que nos villages vivent toute l'année !"(F. Rouet)

Frédéric Rouet

A Fontaine-de-Vaucluse aussi, le maire se démène pour préserver les services de proximité et les commerces. Roland Pastor souhaite que les pouvoirs publics soient plus attentifs aux besoins des zones rurales :

"Il faut préserver les transports par car pour que les habitants ne soient pas isolés. Il faut installer des 'maisons de services' dans les villages. Et il faut que l'Etat continue d'aider les municipalités en conseils et ingénierie". (R. Pastor)

Roland Pastor

Mais quoiqu'il en soit, la vie dans les villages se transforme. On assiste à la fin de la "communauté villageoise", estime Jean-Pierre Le Goff. Ce sociologue a étudié l'évolution des villages à travers l'exemple de Cadenet. Il a publié un ouvrage sur la question (qui vient d'être réédité en Poche) : "La fin du village".

"Il n'y a plus d'emploi dans les villages. Les actifs partent donc le matin vers les agglomérations, et rentrent le soir. Il ne reste sur place que les retraités et les gens sans emplois. C'est la fin de la 'vie de village' " ! (JP Le Goff)

Jean-Pierre Le Goff

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.