Infos

Les concessions échues de plus en plus nombreuses dans les cimetières de Châteauroux

Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry lundi 31 octobre 2016 à 4:27

Plus de 370 concessions échues ont été recensées à Châteauroux
Plus de 370 concessions échues ont été recensées à Châteauroux © Radio France - Gaëlle Fontenit

En cette période de Toussaint, beaucoup de familles se rendent dans les cimetières pour fleurir les tombes de leurs proches. Certaines découvrent alors sur les sépultures des panneaux indiquant que les concessions sont échues. Il y en a plus de 370 rien qu'à Châteauroux.

Une simple petite plaque posée sur une tombe, entre un pot de fleurs renversé et une stèle "A ma Maman" : "Concession échue. Prière de contacter la mairie".

Ces panneaux ont fleuri depuis quelques années sur les sépultures. "Rien que pour Châteauroux, on en compte plus de 370" assure Philippe Simmonet, le maire adjoint en charge des cimetières.

Plusieurs facteurs expliquent cela. Tout d'abord la fin des concessions perpétuelles qui ne sont plus en vente à Châteauroux. De fait donc, les familles des défunts ne peuvent acquérir que des concessions sur 15, 30 ou 50 ans, qui nécessairement arriveront à échéance un jour. La mairie ayant récemment augmenter les tarifs des concessions, les familles sont de plus en plus nombreuses à opter pour une concession de 15 ans, qui arrive donc logiquement plus rapidement à terme.

Les concessions à Châteauroux sont à vendre pour 15, 30 ou 50 ans - Radio France
Les concessions à Châteauroux sont à vendre pour 15, 30 ou 50 ans © Radio France - Gaëlle Fontenit

Autre explication, la dispersion des familles. De plus en plus souvent, les jeunes générations quittent leur commune d'origine - pour des raisons professionnelles par exemple - et sont donc moins enclins à revenir régulièrement entretenir les sépultures des proches.

Lorsqu'une concession arrive à échéance, la mairie part à la recherche des proches du défunt. "Nous envoyons d'abord un courrier à l'adresse qui a été donnée lors des obsèques. Puis, nous mettons un petit panneau sur la tombe. Nous n'avons pas d'obligation légale à envoyer ce courrier, mais nous le faisons pour avoir plus de chance d'alerter de la situation les familles concernées" précise Philippe Simonet. Les familles qui le souhaitent peuvent donc choisir de renouveler la concession pour 15, 30 ou 50 ans.

Une nécessité pour la mairie

Deux ans après l'échéance, en l'absence de retour des familles, la procédure légale est alors enclenchée : _"Sur le plan légal, cela signifie que la famille n'a plus de droit sur l'emplacement. On détruit le bâtiment, on exhume le défunt et on place les ossements dans un reliquaire qui est ensuite inhumé dans l'ossuaire du cimetièr_e" détaille Philippe Simonet.

Il existe trois cimetières à Châteauroux - Radio France
Il existe trois cimetières à Châteauroux © Radio France - Gaëlle Fontenit

Les reliquaires sont anonymes : une fois placés dans l'ossuaire, il est donc impossible de les restituer à la famille. En revanche, le nom et prénom du défunt sont consignés dans le registre du cimetière.

La même procédure est appliquée aux concessions perpétuelles qui présentent un danger. Ainsi, les monuments menaçant de s'écrouler ou d’endommager les sépultures voisines sont également relevés, après avoir été signalées -via le même type de petit panneau- aux familles.

"Cette démarche est nécessaire pour la mairie, explique Philippe Simonet. Nous manquons toujours de place et cela permet de ré-attribuer l'emplacement".

Partager sur :