Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Les consultations citoyennes sur l'Europe : plus de 440 millions d'Européens concernés

lundi 16 avril 2018 à 18:10 Par Rachel Noël, France Bleu Alsace, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Emmanuel Macron lance les "consultations citoyennes" sur l’avenir de l’Europe ce mardi 17 avril à Strasbourg depuis le Parlement européen. Un projet qui a pour ambition de consulter les citoyens de 26 pays européens et de les faire participer au projet de refondation.

Les consultations citoyennes auront lieu d'avril à octobre dans 26 pays européens
Les consultations citoyennes auront lieu d'avril à octobre dans 26 pays européens © Getty - KTSDESIGN/SCIENCE PHOTO LIBRAR

Parlement Européen, Strasbourg, France

Un an avant les élections européennes de mai 2019, les consultations citoyennes sur l’Europe sont lancées. L’ambition affichée est de recueillir les propositions et les impressions des citoyens européens. Le président de la République, Emmanuel Macron, a réussi à convaincre 26 des 28 pays de l’Union européenne d’organiser dans leur pays des consultations citoyennes entre avril et octobre 2018. Seuls la Hongrie et le Royaume Uni (en plein Brexit) ne se sont pas engagés.

Libérer la parole

L’idée de ces consultations citoyennes est partie d’un constat : celui du rejet de l’Europe, ou tout au moins de l’incompréhension, voire la défiance qui existe entre les citoyens et leurs institutions. Beaucoup d’Européens se sentent insuffisamment associés aux décisions. Les dernières élections, notamment en France mais aussi en Europe, ont montré la part grandissante des eurosceptiques.

Pour l’Elysée, ce débat est important : « il faut libérer la parole sur l’Europe, redonner confiance et éclairer le débat » et cela «même si les populistes peuvent s’y engouffrer».

Des débats dans les régions 

Dans les faits, les consultations citoyennes seront organisées dans chaque pays sous forme de débats et de discussions sur tous les sujets qui concerne l’Europe. L’objectif est de donner la parole aux citoyens pour qu’ils expriment leurs critiques et doléances, mais aussi leurs attentes vis-à-vis de l’Europe. 

Ces consultations sont ouvertes à tous. Elles ont l’ambition de rassembler largement tous les panels de la population, afin que chaque opinion puisse s’exprimer. Le premier de ces débats devrait rassembler 2 à 300 personnes. Il aura lieu le 17 avril à Épinal ; d'autres suivront dans différentes régions de France.

Une consultation en ligne doit aussi être organisée, afin que chacun, d’où qu’il vienne, puisse participer au débat.

Des thématiques multiples

Plusieurs thèmes doivent être débattus : l’emploi, le développement durable, la sécurité, l’innovation, la politique de développement et l’immigration ou encore l’unité de l’Europe.

Emmanuel Macron pourrait mettre sur la table des propositions de réforme pour la zone euro, et proposer la création d’un budget propre et d’un ministre des Finances dédié.

Une synthèse des différentes propositions devrait être rédigée d’ici la fin de l’année, pour que les dirigeants de l’Union puissent en débattre en décembre lors du Conseil européen.