Société

Les contrôles renforcés à Pole Emploi débutent ce lundi

Par Julien Baldacchino, France Bleu lundi 28 septembre 2015 à 12:15

La ministre du Travail Myriam El Khomri dans une agence Pôle Emploi
La ministre du Travail Myriam El Khomri dans une agence Pôle Emploi © Max PPP

Un nouveau dispositif de contrôle – et donc potentiellement de sanction – est lancé ce lundi dans trois régions d'expérimentation. Quelque 200 agents vont intervenir en Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin pour cibler et aider les chômeurs qui "décrochent" dans les recherches d'emploi.

"La grande majorité des demandeurs sont en recherche active d'emploi mais il y a parfois des personnes qui ont décroché", expliquait vendredi la ministre du Travail, Myriam El Khomri. Ce lundi, pour lutter contre ces décrochages, Pôle Emploi lance son nouveau dispositif de contrôle des chômeurs dans trois régions, l'Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes, avant une généralisation mi-novembre.

>> A LIRE AUSSI : Les contrôles renforcés à Pôle Emploi débutent en Aquitaine

Des radiations de 15 jours à six mois

Ce lundi, quelque 200 nouveaux agents prennent donc leurs nouvelles fonctions de contrôle – qui étaient auparavant assurées par les mêmes conseillers que ceux qui assuraient le suivi des chômeurs. Les contrôles, aléatoires ou ciblés en fonction du profil, se dérouleront en trois étapes :

- Une vérification des démarches effectuées par le demandeur d'emploi  

  • S'il y a un problème, il contacte le chômeur pour lui demander des justificatifs et lui proposer des conseils sur ses démarches.  
  • En l'absence de réponse , le chômeur écope d'une première radiation de 15 jours, puis de six mois s'il récidive. 

"L'objectif n'est pas de reprocher au demandeur d'emploi de ne pas trouver du travail, mais de trouver des personnes qui soit ont baissé les bras, soit ne cherchent pas efficacement. La sanction n'est pas le but recherché, au contraire", assure Pôle Emploi. 

180.000 chômeurs contrôlés chaque année

Les syndicats de Pôle Emploi ne partagent pas cette opinion : "C'est du flicage, une industrialisation numérique du contrôle de la radiation", selon Vladimir Bizet-Stefani de la CGT-Chômeurs. "Beaucoup de chômeurs perdent pied. Et tout ce qu'on leur propose, c'est de la précarité. C'est la philosophie selon laquelle un 'bon pauvre' doit travailler : nous, on demande de la qualité", ajoute-t-il. 

Au total, les contrôles mis en place par Pôle Emploi viseront 180.000 chômeurs par an, sur les 5,7 millions en France qui sont censés chercher un emploi activement.