Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Plages : la surveillance des CRS commence mercredi

mardi 19 juillet 2016 à 17:41 Par Mikaël Roparz, France Bleu Gascogne, France Bleu La Rochelle, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Les nageurs sauveteurs CRS arrivent sur les plages du littoral demain. Pour la première fois, les chefs de poste seront armés. Ils demandent aussi au ministre de l'Interieur de prolonger leur présence jusqu'au 31 août au lieu du 22 août.

Les CRS seront sur les plages dès mercredi
Les CRS seront sur les plages dès mercredi © Maxppp - MAXPPP

297 Nageurs-Sauveteurs CRS seront présents pour surveiller les plages cet été dans 66 communes du littoral. Ils seront moins nombreux que l'été dernier en raison de l'Euro 2016. Pour la première fois, entre 130 et 150 chefs de poste seront armés. La décision a été prise le 24 juin par le directeur central des compagnies républicaines de sécurité afin de faire face au "risque de confrontation avec des individus armés extrêmement dangereux".

"Cette décision n'est pas liée à une menace terroriste qui viserait spécifiquement les plages françaises au cours de l'été. Elle s'inscrit dans une dimension de sécurité globale au vu d'une menace très élevée sur l'ensemble du territoire", précise la Direction générale de la police nationale (DGPN).

Les CRS doivent assurer la surveillance des plages jusqu'au 22 août initialement, mais ils ont écrit au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve pour demander une prolongation jusqu'au 31 août "date à laquelle les vacances scolaires se terminent". Pour l'instant, Bernard Cazeneuve n'a pas donné sa réponse.