Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : L'actu de la mer

Les CRS surveilleront les plages entre le 5 juillet et le 2 septembre l'été prochain

lundi 8 janvier 2018 à 17:27 Par Mikaël Roparz, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Ils seront 297 Nageurs-Sauveteurs CRS l’été prochain pour assurer la sécurité sur les plages. Les dates ont été annoncées plus tôt que d’habitude par la Direction Générale de la Police Nationale. Les policiers seront présents dans 66 communes du littoral.

297 Nageurs-Sauveteurs CRS assureront la sécurité sur les plages l'été prochain
297 Nageurs-Sauveteurs CRS assureront la sécurité sur les plages l'été prochain © Maxppp - VOIX DU NORD/JEAN-PIERRE BRUNET

"Ce sont des dates cohérentes" précise Cyril Lambert, référent UNSA Police NS CRS. Les effectifs sont maintenus comme l’année dernière, dans le même nombre de communes littorales. Des Nageurs-Sauveteurs qui seront pour la plupart armés. 

Il faut dire que les syndicats, les maires, les députés se sont mobilisés ces derniers mois pour maintenir cette surveillance. Une présence sur les plages difficile à maintenir chaque année. En 2016, 100 communes littorales étaient surveillées par les CRS.  

"Il faut maintenant que les maires des communes fassent une demande officielle auprès de la direction de la police pour que les Nageurs-Sauveteurs CRS assurent la sécurité de leurs plages" poursuit Cyril Lambert. Les maires doivent le faire avant la mi-février.  

Le combat continue maintenant pour obtenir du gouvernement la pérennisation officielle des effectifs l’été.