Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les CRS vont-ils continuer à surveiller les plages du Nord ?

-
Par , France Bleu Nord

Cet été, 36 CRS surveillent les plages du Nord-Pas-de-Calais. Mais pour le gouvernement, il faut recentrer ces policiers sur leurs "fonctions régaliennes". Les maires des communes du littoral jugent au contraire leur mission essentielle pour assurer la sécurité des baigneurs.

Dans le Nord-Pas-de-Calais, les 36 maîtres-nageurs-sauveteurs CRS surveillent les plages jusqu'au 2 septembre.
Dans le Nord-Pas-de-Calais, les 36 maîtres-nageurs-sauveteurs CRS surveillent les plages jusqu'au 2 septembre. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Nord-Pas-de-Calais, France

Les CRS en maillot de bain sont-ils une espèce en voie de disparition ?  Cet été, depuis début juillet et jusqu'au 2 septembre, 36 CRS surveillent les plages du Nord-Pas-de-Calais (10 à Dunkerque, 26 répartis à Berck, Calais, Camiers, Cucq, Merlimont, Neufchâtel et Le Touquet). Ils sont près de 300 à l'échelle nationale.

Mais pour le gouvernement, surveiller les plages, ce n'est pas le job d'un CRS. La Cour des comptes trouve qu'ils coûtent trop cher, en juillet le ministère de l'Intérieur Gérard Collomb a déclaré qu'il souhaite les recentrer sur leurs "fonctions régaliennes" - la lutte contre le terrorisme par exemple.

Une mission qui existe depuis soixante ans

Cela fait pourtant 60 ans que ces officiers de police effectuent cette mission. Pour les syndicats de police et les communes du littoral, la présence des CRS est indispensable sur les plages. Thierry Cauchy, responsable des CRS du Nord pour le syndicat Unité SGP Police, a été maître-nageur-sauveteur pendant dix-neuf ans, il a peur que le gouvernement mette fin aux CRS en maillot de bain : "Il faudrait poser cette question au Ministre de l'intérieur : est-ce que assurer la sécurité des estivants sur les plages, ce n'est pas une fonction régalienne ?"

Les effectifs des maîtres-nageurs-sauveteurs CRS baissent déjà d'année en année. Leur nombre a diminué de moitié en quinze ans : ils étaient 720 au début des années 2000, ils sont 297 cette année. Dans le Dunkerquois, "nous avions vingt CRS il y a une dizaine d'années, ils ne sont plus que dix aujourd'hui, uniquement sur la plage de Dunkerque. A Bray-Dunes et Leffrinckoucke ils ont déjà disparu", note Frédéric Vanhille, le président du syndicat intercommunal des Dunes de Flandres.

Les CRS en maillot de bain, "indispensables" pour assurer la sécurité des plages, le reportage France Bleu Nord

CRS ou sauveteur saisonnier, quelle différence ?

Alors il a fallu s'adapter pour compenser cette baisse. L'intercommunalité des Dunes de Flandre a formé et embauché 78 saisonniers cette année, souvent de jeunes étudiants. Sur le papier, pas de différence : ils ont tous le BNSSA, le brevet de nageur sauveteur. Mais Lucas Provoost, 18 ans, sauveteur dans un poste de secours de Dunkerque, est bien content d'être chapeauté par des CRS : "On est jeunes, des fois il y a du stress, alors qu'eux ils font ça toute leur vie, c'est leur métier, donc c'est bien de les avoir avec nous. Ca nous met en sécurité et ça met en sécurité les estivants."

L'autre différence, c'est la double casquette des CRS : à la fois sauveteurs, et policiers. Et ça change tout pour Fabrice Ledoux, responsable régional du syndicat de police Alliance : "Ils peuvent faire respecter les règles judiciaires et les arrêtés municipaux, par exemple ils peuvent procéder à l'interpellation de voleurs pendant leur mission de sauveteurs. Ils ont un pouvoir de police sur les incivilités comme la consommation de stupéfiants par exemple."

CRS ou saisonnier : quelle différence ? le reportage France Bleu Nord

Les CRS sur les plages armés depuis 2016

Enfin, les CRS sont payés par l'Etat (même si les mairies concernées indemnisent leur hébergement et leurs repas à hauteur de 60 à 80 euros par CRS et par jour), alors que les sauveteurs saisonniers sont rémunérés par les communes. Si les CRS ne reviennent pas sur les plages l'an prochain, cela va peser sur le budget des villes du littoral selon Frédéric Vanhille : "Les CRS font 46 heures par semaine. Si demain on doit les remplacer, comme on est aux 35h, pour 10 CRS il faudra 15 sauveteurs classiques, et donc vous rajoutez de la masse salariale bien plus importante."

Mais pour lui, ce n'est pas qu'une question d'argent : les CRS améliorent vraiment la sécurité des plages. Ils sont d'ailleurs armés, depuis 2016, afin de lutter contre la menace terroriste.