Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les derniers poêles en faïence d'Alsace sont fabriqués à Oltingue

mardi 28 novembre 2017 à 6:47 Par Aurélie Locquet et Patrick Genthon, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Un second souffle pour les poêles en faïence d'Alsace: dans les années 50, ils avaient failli disparaître. Aujourd'hui, il ne reste plus qu'un fabriquant à Oltingue: la fabrique Spenlehauer-Spiess. Rencontre avec le jeune homme qui vient de reprendre l'entreprise, Victor Walter.

Victor Walter restaure un poêle à Oltingue dans son atelier.
Victor Walter restaure un poêle à Oltingue dans son atelier. © Radio France - Patrick Genthon

Alsace, France

Il perpétue une tradition alsacienne qui était en voie de disparition: à Oltingue dans le Jura alsacien, Victor Walter a repris la fabrique Spenlehauer-Spiess. C'est la dernière entreprise à fabriquer des poêles alsaciens.

Un artisanat rare"

Le jeune homme de 27 ans a d'abord fait son apprentissage à l'atelier, avant d'en devenir le patron en septembre dernier, lorsque les propriétaires ont voulu partir à la retraite. C'est par hasard, grâce à sa mère que Victor Walter a découvert l'atelier. "J'avais fait un bac général, je n'étais plus très motivé. Je me suis dit pourquoi pas me lancer dans quelque chose de complètement manuel, dans un artisanat rare, et qui fait partie des valeurs alsaciennes."

Le kachelhofa dans l'air du temps

Le poêle en faïence alsacien a failli disparaître dans les années 50 avec l'arrivée des chaudières à mazout. Aujourd'hui, on le retrouve dans quelques vieilles maisons alsaciennes, mais le kachelhofa reste un marché de niche. "C'est de nouveau dans l'air du temps, surtout dans la restauration", constate Victor Walter. "Aujourd'hui au lieu de jeter les poêles en faïence, on les restaure, ça coûte aussi beaucoup moins cher que les neufs." Pour un poêle bien restauré et installé, il faut compter 5.000 euros, plus du double pour un kachelhofa neuf.