Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les détenus de la prison de Neuvic offrent des jouets aux enfants malades de l'hôpital

-
Par , , France Bleu Périgord

Des détenus de la prison de Neuvic ont récolté des dons auprès de leurs co-détenus et du personnel de la prison pour offrir des jouets pour les enfants malades. Ils ont remis les jouets jeudi à l'hôpital de Périgueux. Ils ont récolté près de 800 euros.

Lors de la remise des dons à l'hôpital de Périgueux.
Lors de la remise des dons à l'hôpital de Périgueux. © Radio France - Harry Sagot

C'était un moment émouvant ce jeudi 24 juin pour deux détenus de la prison de Neuvic, en Dordogne. Moussa et Dominique sont allés offrir des jouets au service pédiatrique de l'hôpital de Périgueux. Des vélos, des trottinettes et des petites voitures, achetés grâce à une collecte dans la prison. 

Presque 800 euros collectés dans la prison

Les deux détenus ont collecté presque 700 € auprès de la centaine de prisonniers de leur bâtiment, et une centaine auprès du personnel de la prison. Moussa est l'un des deux organisateurs de cette collecte. Ce père de deux enfants de 16 et 19 ans, aujourd'hui en fin de peine a eu l'idée de ce cadeau aux enfants malades quand il était livreur de pizzas en région parisienne il y a vingt ans : "J'avais dû livrer à l'hôpital Necker-Enfants malades, en pédiatrie. Et j'avais promis qu'un jour je ferais un don". 

Les détenus ont voulu faire un don, certains ont arrêté de fumer, ils ont préféré utiliser 10 ou 15 euros pour donner et ne pas fumer.

"J'ai demandé à tout le monde à la prison et ce n'était pas du tout obligatoire de participer", explique le détenu. "Mais un détenu ça reste une personne normale, la plupart sont des pères de famille. Un enfant ça touche tout le monde. Ils ont voulu faire un don, certains ont arrêté de fumer, ils ont préféré utiliser 10 ou 15 euros pour donner et ne pas fumer. Parce que vous savez, il y a de la précarité en détention".

Vélos, trottinettes et petites voitures

Dominique, son co-détenu qui est aussi venu à l'hôpital, explique : "On se demandait comment à notre niveau faire quelque chose de positif. On a distribué des tracts et fait du porte-à-porte, en en prison il y en a des portes ! Ce qui nous a étonné c'est que des personnes qui sont indigentes, qui n'ont pas de revenu et touche seulement 20 euros de la pénitentiaire, ils ont donné 5 euros. Ca procure quelque chose de positif à l'intérieur. On est content pour ça".

Ces vélos, trottinettes et petites voitures serviront d'abord à l'accueil des consultations du service pédiatrique, qui reçoit une vingtaine d'enfants en moyenne chaque jour, 5000 par an, mais parfois aussi pour la vingtaine d'enfants hospitalisés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess