Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les discothèques sont fermées depuis 9 mois, les gérants mayennais tiennent le choc tant bien que mal

-
Par , , France Bleu Mayenne

Impossible d'aller s'amuser en discothèque en raison de la crise sanitaire. Tous les night-clubs du pays sont fermés depuis le mois de mars. En Mayenne, les gérants de discothèques font du mieux possible pour éviter la faillite.

Les discothèques sont fermées depuis mi-mars.
Les discothèques sont fermées depuis mi-mars. © Radio France - Sébastien Mallais

Quand pourrons-nous aller danser en discothèque ? C'est la grande question du moment que se posent les gérants de boîtes de nuit en Mayenne. On ne pourra pas y aller le 31 décembre, ça c'est une certitude. Et ça risque de durer encore pendant de longues semaines. 

Voilà 9 mois que les établissements du monde de la nuit sont fermés, contraints de ne plus accueillir de public pour des raisons sanitaires liées à l'épidémie de coronavirus, des mesures de restrictions décidées par le gouvernement.

En attendant des jours meilleurs, ces patrons de discothèques tentent tant bien que mal de garder la tête hors de l'eau. L'activité est à l'arrêt depuis le 15 mars dernier, aucune rentrée d'argent mais toujours autant de dépenses souligne Samuel Samoyeau, le propriétaire de La Baie des Anges à La Pallu dans le nord du département. Il est donc obligé d'avoir un second emploi pour empêcher la faillite de son commerce : "au départ, nous n'avons eu aucune aide substantielle mis à part 1.500 euros  mais ce n'est rien du tout. Impossible de payer le loyer pendant plusieurs mois car je n'avais pas de trésorerie d'avance". 

Une trésorerie qui ne va pas pouvoir se remplir début 2021. Alain Fournier, le propriétaire de La Scala à Changé, espère une réouverture à l'été prochain : "le début de l'année sera une hécatombe. On est sous perfusion. Depuis mars, on n'a reçu qu'une aide. Il y en a d'autres mais c'est difficile de les obtenir. On ne peut plus tenir comme ça. On s'enfonce dans le déficit, on nous propose de s'endetter mais on ne sait pas si on aura la possibilité de rembourser". 

Pour rembourser ces sommes empruntés, beaucoup de gérants réfléchissent à transformer leurs discothèques, afin de proposer proposer une nouvelle offre dès la réouverture et ainsi se diriger vers le renouveau des établissements nocturnes. Pour l'instant, aucun calendrier n'a été fixé pour la réouverture des boîtes de nuit. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess