Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le monde de la nuit ne voit pas le bout du tunnel

-
Par , France Bleu Occitanie

Les 1.800 discothèques sont toujours fermées. Et personne ne sait quand elles pourront rouvrir. Une vraie injustice pour la profession. Alors certains s'organisent et changent leurs établissements en bar musical.

Pour rouvrir, la boîte libertine le S Club est devenue un bar musical. Et évidemment tout a changé dans la discothèque.
Pour rouvrir, la boîte libertine le S Club est devenue un bar musical. Et évidemment tout a changé dans la discothèque. © Radio France - SM

Les boîtes de nuit et les discothèques sont-elles les oubliées du déconfinement ? Les 1.800 établissements français (200 en Occitanie) n’ont toujours pas de date de réouverture. Il a été question du 22 juin, mais le gouvernement a démenti. Les gérants tablent maintenant sur le 10 juillet et la fin de l’état d’urgence sanitaire. Mais rien n’est sûr. Et le protocole sanitaire pour les discothèques n’est pas connu du tout. Parmi les pistes, on parle de diviser par deux les capacités des établissements. Le secteur s’impatiente et demande des réponses. 

Phillipe Belot dirige la plus grosse discothèque intra-muros de Toulouse, le Downtown. Il est aussi vice-président de l’Umih (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) et est en colère. "On a l’impression que nous sommes les laissés pour compte du système. La prochaine échéance, c’est peut-être la fin de l’état d’urgence sanitaire. On verra si on nous relâche. Mais on n'a aucune information." 

Imaginer le protocole sanitaire

Et pourtant, depuis des semaines, au Privilège à Montauban, Karine Livon est prête à mettre en place tout ce qu’on lui demandera pour revoir ses clients. "En coupant la piste de danse, en mettant des banquettes. Qu’on réaménage la salle, en mettant plus de tables, en laissant plus de place. Les groupes pourraient aussi danser autour de leur table. Pour le moment, on ne fait que des spéculations, si au moins on nous disait. Si on savait que ça durait deux ou trois mois..." 

Le club échangiste se change en bar musical 

Alors dans le Tarn, au S Club, Philippe Notario a transformé sa boîte en bar musical. Le club échangiste est devenu un bar presque comme les autres et le patron sauve les meubles en attendant. 

"On a été obligé de condamner la piste de danse. Mais vous pouvez vous dandiner sur votre fauteuil. On a été obligé de condamner la barre pool dance où les gens aimaient bien s’exhiber". Condamné aussi le coin coquin et le coin câlin. Le spa, l’espace mouillé sont aussi fermés. Et Philippe Notario assure que ces clients respectent à la lettre les règles. "D’ailleurs, on a déjà été contrôlé deux fois", dit le propriétaire très à cheval sur la réglementation. 

10% de recettes 

D’habitude, il avait 250 personnes tous les samedis soirs dans sa boîte de nuit. En mode bar, ils sont 50 en ce moment, le week-end. "C’est vrai que les recettes sont 10% de ce que nous avions en mode discothèque. Mais, c’est mieux que rien."  Pour lui, le gouvernement ne fait pas d’effort parce que le secteur est trop fragile.  "On est passé de 4.000 à 1.500 discothèques. Il y en a plein qui ont fermé depuis le confinement. Alors imaginez dans un an. Il restera un tiers des 1.500 discothèques."

Philippe Notario, patron du S Club, fait visiter son établissement libertin devenu bar musical.

Quelque 2.500 personnes travaillent dans les discothèques de la région Occitanie.

La piste de danse est désormais inaccessible.
La piste de danse est désormais inaccessible. © Radio France - SM
Choix de la station

À venir dansDanssecondess