Société

Les doubles menus des cantines stéphanoises devraient servir d'exemple dans toute la France selon Yves Jégo

Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 4 février 2016 à 18:12

Les élus de Saint-Etienne font visiter une cantine à Y.Jégo
Les élus de Saint-Etienne font visiter une cantine à Y.Jégo © Radio France - Mathilde Montagnon

Le député maire UDI de Montereau-Fault-Yonne Yves Jégo a visité une cantine stéphanoise hier. Ce député défend depuis plusieurs mois l'obligation d'instaurer des menus végétariens dans les cantines. Il a déposé une proposition de loi à l'Assemblée.

Yves Jégo a déposé il y a plusieurs mois une proposition de loi pour rendre obligatoire la présence de menus végétariens dans les cantines. La pétition du député-maire UDI de Montereau-Fault-Yonne a recueilli 150 000 signatures sur internet. Et l'expérience stéphanoise l'intéresse : depuis le 5 janvier 2015, à Saint-Étienne, les parents ont le choix entre le menu traditionnel et le menu végétarien.

Tous les jours, sur les 3 000 repas servis dans les cantines, 300 sont des repas végétariens. Sabri, par exemple, mange végétarien pour des raisons religieuses "c'est utile, parce que je n'ai pas le droit de manger la viande qui n'est pas halal". Emmanuelle, elle, est végétarienne par choix personnel "moi j'adore les animaux. Une fois j'ai dit, non je ne vais plus les manger parce qu'après ça va être trop triste. Alors j'ai arrêté".

Avant l'arrivée des menus végétariens, les enfants comme Sabri ou Emmanuelle laissaient la viande dans leur assiette. Avec le risque d'avoir encore faim, sans parler du gaspillage. Quand Yves Jégo a lancé sa proposition de loi sur les menus végétariens, au départ c'était pour sortir de la guerre de religion dans les assiettes. Mais aujourd'hui, cela va au-delà. "Moi j'avais été choqué par le fait que des maires veuillent au nom d'un dogme obliger les enfants catholiques à manger de la viande le jour du Vendredi Saint ou obliger des enfants musulmans à manger du porc alors que ce n'est pas leur habitude. Donc il faut trouver une solution pour ne pas tomber non plus dans les repas confessionnels. Je suis aussi choqué quand on me dit M.le Maire il faudrait des repas halal dans les cantines. Dans les cantines de la République il n'en est pas question. Donc quelle est la solution ? Cette idée du double-menu elle répond la question des habitudes alimentaires familiales et ça répond aussi à des problématiques environnementales de souhait d'alimentation diversifiée. Ça règle beaucoup de problèmes de société."

Reportage de Mathilde Montagnon

La proposition d'Yves Jégo de rendre obligatoire la présence de menus végétariens dans les cantines avait été critiquée par le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll au nom de la défense des éleveurs. Mais à Saint-Étienne, l'introduction du végétarien s'est aussi accompagnée d'un développement des circuits courts : depuis avril 2015, 100% des viandes servies aux enfants sont d'origine française. De quoi soutenir les éleveurs de l'hexagone. Désormais, Yves Jégo veut s'en inspirer pour déposer une nouvelle proposition de loi, révisée. Pour que le principe du double-menu soit aussi accompagné d'un clause sur l'approvisionnement local. Ce texte sera aussi plus souple. La proposition initiale visait à imposer l'alternative végétarienne dans les cantines et "était peut-être trop coercitive": il introduira "un seuil de déclenchement, qui pourrait être la demande exprimée par au moins 10% des parents d'élèves inscrits à la cantine", a précisé M. Jégo.

Y.Jégo veut s'inspirer de Saint-Étienne pour sa nouvelle proposition de loi