Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les élus ont voté le premier budget du Grand Reims

mardi 28 mars 2017 à 15:22 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Les élus du Grand Reims, cette communauté urbaine qui regroupe depuis le 1er janvier 143 communes, ont voté hier le premier budget. Un budget qui prévoit 70 millions d'euros d'investissement en moyenne chaque année jusqu'en 2020.

Le budget du Grand Reims a été voté lundi soir.
Le budget du Grand Reims a été voté lundi soir. © Maxppp - Christian Lantenois

Reims, France

Le Grand Reims, qui regroupe 143 communes et près de 300 000 habitants, avait déjà ses élus, mais il lui manquait un budget. Et les orientations budgétaires ont été validées hier lundi, lors du conseil communautaire à Reims.

En respectant notamment deux principes : pas de hausse de la fiscalité pour les ménages, et maintien des projets déjà lancés par les maires des 143 communes. Pour l'année 2017, 79 millions d'euros d'investissement sont prévus pour l'Université, les transports ou encore les travaux de voirie.

Une capacité d'investissement moyenne de 70 millions d'euros par an

"Certains projets sont engagés, on a des extensions de cantines à Courcy et des projets concernant les crèches... on a beaucoup de sujets de voirie également car on arrive déjà à mi-mandat et il y a un peu partout dans les communes des aménagements que nous devons faire", précise Catherine Vautrin, la présidente du Grand Reims.

13 millions d'euros seront investis cette année pour les travaux de voirie dans les communes hors Reims. En ce qui concerne les autres investissements prévus d'ici 2020 on retrouve l'enseignement (5,2 millions pour l'Université) et les travaux pour l'aménagement numérique et le haut débit (11 millions d'euros).

Pas d'augmentation de la taxe des ordures ménagères, ni des tarifs du transport public

La présidente du Grand Reims insiste également sur la neutralité fiscale pour les ménages, point sur lequel les élus ont pris un engagement. "La semaine dernière au conseil municipal de Reims, nous avons voté la baisse des taux de taxes de la ville de Reims parce que les taux de l'intercommunalité seront plus élevés que ceux de la ville donc il fallait faire une moyenne des deux pour que cette neutralité se retrouve", souligne Catherine Vautrin.

Pas d'augmentation prévue non plus de la taxe des ordures ménagères et les tarifs des transports publics ne seront pas augmentés. Enfin, pour ce qui est de l'eau potable, aucune harmonisation n'est prévue pour l'instant car les disparités de tarifs entre les communes sont trop importantes.

Des économies possibles pour le Grand Reims

Si le budget du Grand Reims a été voté, il reste encore du travail pour mettre en place cette nouvelle communauté urbaine. Il a notamment fallu intégrer les 600 agents des anciennes intercommunalités hors Reims métropole comme les personnels de cantines par exemple, et mettre à niveau leurs salaires. Au total, le Grand Reims regroupe désormais 1400 agents.

Il a aussi fallu mettre à plat les emprunts contractés. "Les économies peuvent se faire sur la renégociation avec les banques de tous les emprunts souscrits", souligne Jean-Pierre Fortuné, maire de Tinqueux et vice-président du Grand Reims délégué aux finances.

Jean-Pierre Fortuné précise par ailleurs qu'un audit est en cours pour voir si d'autres économies sont possibles : "c'est voir comment on peut renégocier les contrats divers et variés de toutes les anciennes communautés de communes, et là on peut renégocier avec les entreprises partant du principe qu'il y a un volume supplémentaire d'affaires".