Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les élus se mobilisent contre la fermeture annoncée de la gendarmerie de Saint-Dier-d'Auvergne

mercredi 23 mai 2018 à 17:10 Par Jean-Pierre Morel, France Bleu Pays d'Auvergne

A Saint-Dier-d'Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, les élus se mobilisent contre la fermeture annoncée de la gendarmerie. Une pétition est lancée pour conserver ce service public sur le territoire. Le maire a mis sa démission dans la balance.

La gendarmerie de Saint Dier d'Auvergne est menacée de fermeture
La gendarmerie de Saint Dier d'Auvergne est menacée de fermeture © Radio France - Jean-Pierre Morel

Saint-Dier-d'Auvergne, France

Après une matinée pluvieuse, le soleil fait son apparition dans cette petite commune des Monts du Livradois. Pourtant Nathalie Sessa, maire depuis 2014, ne décolère pas. "Fermer les services publics est une catastrophe, nous souhaitons garder notre gendarmerie" explique l'élue avec fermeté, "c'est très important, c'est la sécurité de nos concitoyens sur notre territoire".

Ma position est ferme, je mettrai mon mandat en jeu s'il le faut... Nathalie Sessa, maire de Saint-Dier-d'Auvergne

Cette fermeture est d'autant plus mal vécue ici, que depuis quelques années la démographie est positive. "Les gens reviennent s'installer ici, notamment les personnes âgées, car il y a cette sécurité" rappelle Jacky Grand, conseiller départemental du canton, qui fustige l'attitude de l'Etat, "la décision a été prise le jour pour le lendemain, sans aucune concertation, tout le monde a été mis devant le fait accompli, c'est inadmissible".

Le bureau de poste sera peut-être le prochain service public menacé - Radio France
Le bureau de poste sera peut-être le prochain service public menacé © Radio France - Jean-Pierre Morel

A la boulangerie, qui vient de rouvrir, la gendarmerie alimente aussi les conversations. "Ça se disait depuis quelques années, mais c'est bien dommage" regrette la commerçante derrière son comptoir, "moi personnellement, les savoir ici ça me rassurait, même s'ils vont souvent à Billom, avoir une brigade sur place, c'est important".

Un peu plus loin, au restaurant "Chez Julie", le rendez-vous des saint-diérois pour le déjeuner, le départ des 6 gendarmes est là encore mal vécu. "C'est comme d'habitude, le monde rural n'est pas considéré" s'insurge Anette en mangeant sa cuisse de pintade, "on va fermer la gendarmerie, ensuite la poste, l'école, et ainsi de suite, _c'est la chronique d'une mort annoncée_, parce que quand même, même s'ils sont particulièrement désagréable à Saint-Dier, on préfère les garder" plaisante cette habitante désabusée.

Les élus du secteur ont envoyé un courrier à la direction générale de la gendarmerie pour demander la tenue d'une table ronde. Une pétition va également être lancée ce lundi sur le marché de Billom.