Société

Protéger les enfants, des cibles vulnérables sur Internet

Par Ulysse Khalife et Thomas Jeangeorge, France Bleu Lorraine Nord mercredi 2 novembre 2016 à 16:28

Comme ici à Amanvillers, avec le major Jean-Marie Chassard, les gendarmes de Moselle font de la prévention dans les écoles.
Comme ici à Amanvillers, avec le major Jean-Marie Chassard, les gendarmes de Moselle font de la prévention dans les écoles. © Radio France - Thomas Jeangeorge

À l'occasion de la 2e journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école, focus sur une de ses sources : internet. Une zone semée d'embûches pour les jeunes, puisque 9 enfants sur 10 ont été au moins une fois confrontés à des contenus choquants. Exemple de prévention en Moselle.

Harcèlement scolaire, pédophilie, piratage, e-réputation… Pour les plus jeunes, internet n’est pas sans risque. Face à ces dangers, la gendarmerie nationale propose notamment des actions de sensibilisation, au sein même des établissements scolaires.

L'une d'elle a été récemment menée à l'école primaire Serge Gauche, à Amanvillers près de Metz. Une classe de CM2 a reçu la visite d'un agent de la brigade de prévention de la Moselle. Une heure de pédagogie, pour expliquer les dangers de la toile : "sur internet, les enfants maîtrisent très bien la technique, mais ne mesurent pas les conséquences", constate le major Jean-Marie Chassard. Devant le tableau numérique, à l’aide de vidéos et de son expérience personnelle, il explique notamment les dangers du cyber-harcèlement :

Sur internet, les écrits restent, ce qui est problématique. Dès que les enfants sont victimes de quoi que ce soit sur la toile, il faut surtout qu'ils en parlent".

En parler, cela peut être aux enseignants, comme en témoigne Karine Douchez, la directrice de l'école d'Amanvillers : "Les enfants osent venir nous voir, mais souvent pour parler d'un grand frère, d'une grande sœur, d'un cousin, d'une cousine... pas directement d'eux. Ils sont encore un peu petits, mais ces difficultés les concernent quand même".

Des élèves plus méfiants

Les élèves, de leur côté, ont bien reçu le message : ils seront désormais plus vigilants sur la toile, à l'image d'Éline, 10 ans : "Je me suis rendue compte qu'internet ne fait pas que nous aider, ça peut nous attirer des problèmes, avec les piratages ou les gens qui disent des choses méchantes sur nous".

Le major Jean-Marie Chassard tient aussi pour responsables les parents, qui selon lui doivent faire l'effort de réguler l'accès des enfants à internet :

Quand on a un ordinateur ou une tablette, l'enfant doit l'utiliser dans une pièce commune où Il peut poser des questions [aux adultes]

Le gouvernement informe sur le thème du cyber harcèlement, sur sa plateforme "non au harcèlement".