Société

Les entrailles de Nîmes révèlent leurs secrets

Par Camille Payan, France Bleu Gard Lozère et France Bleu mardi 20 juin 2017 à 11:51

Les fouilles préventives sur le Jean-Jaurès à Nîmes en 2007
Les fouilles préventives sur le Jean-Jaurès à Nîmes en 2007 © Maxppp - maxppp

Les fouilles du chantier du parking Jean-Jaurès de Nîmes sont désormais répertoriées. Les archéologues de l'Inrap ont terminé leur rapport qui raconte l'histoire des pièces découvertes en 2007. Un document de 8000 pages qui recense 2500 ans d'histoire.

C'est un travail colossal que viennent d'achever et publier les archéologues de l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) : des archives de terre transformées en archives papiers.

Dix années de recherches, de recensement de près de 8000 faits archéologiques. Le document de 8000 pages est le fruit de l 'investissement d'une trentaine de personnes. Pendant toutes ces années les archéologues ont étudié les vestiges découverts en 2007 sur l'avenue Jean-Jaurès au moment des fouilles préventives du parking.

L'histoire d'un quartier de Nemausus

Parmi les découvertes les plus spectaculaires en 2007 on se souvient des sépultures musulmanes, la fameuse mosaïque de Penthée et celle d'Achille ou encore la statue de Neptune. L' ensemble des pièces retrouvées raconte l'histoire entière de ce quartier nîmois pendant la période romaine sous le règne d'Auguste.

Il y a 2500 ans aux abords de la ville se trouvait l'un des plus anciens vignobles retrouvés en Gaule - Jean-Yves Breuil, archéologue de l'Inrap

La désertion du quartier se fait au IIIè siècle. Le paysage urbain se transforme et redevient zones de cultures au milieu de quelques tombes dont certaines musulmanes.

Quelques chiffres-clés

Plusieurs milliers de faits archéologiques ont été documentés sur cette fouille de 6500 m2 explorés. Ils permettent de reconstituer l'enchaînement des événements historiques à savoir la plantation d'un cep de vigne jusqu'à la réfection d'une mosaïque. Près de 9000 restes d'os d'animaux, 330 ensembles de peintures murales ont été analysés, étudiés, photographiés. Des recherches qui nous permettent de comprendre les modes de vie des populations à cette époque.

Un trésor bientôt visible au Musée de la Romanité

Le travail ne s'arrête pas là. La mise en valeur des résultats continue. Des publications scientifiques sont prévues et les pièces prendront bientôt place dans le Musée de la Romanité de Nîmes dont l'ouverture est prévue en juin 2018.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jean-Yves Breuil qui a dirigé les fouilles du chantier du parking Jean-Jaurès

Jean-Yves Breuil archéologue à l'Inrap