Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sécurité routière : les éthylotests anti-démarrage arrivent dans l'Eure

À partir du mercredi 1er mai, les conducteurs de l'Eure dont le permis est suspendu pour une alcoolémie comprise entre 0,8 et 1,8 g/L pourront continuer à conduire, s'ils acceptent d'installer dans leur véhicule un éthylotest anti-démarrage.

Si l'éthylotest ne détecte pas d'alcoolémie supérieure au taux autorisé, le conducteur a deux minutes pour démarrer son véhicule
Si l'éthylotest ne détecte pas d'alcoolémie supérieure au taux autorisé, le conducteur a deux minutes pour démarrer son véhicule © Radio France - Laurent Philippot

Eure, France

C'est à l'occasion d'une contrôle d'alcoolémie par les gendarmes sur une aire de repos, le long de la Nationale 13, à Pacy-sur-Eure, que le préfet de l'Eure et la procureure de la République d'Évreux ont présenté ce lundi après-midi le nouveau dispositif, qui entre en vigueur dans l'Eure à partir du 1er mai 2019.  Après une expérimentation dans plusieurs départements, l'éthylotest anti-démarrage est''une alternative à la suspension du permis de conduire'', explique Thierry Coudert, le préfet de l'Eure.

Qui peut utiliser l'éthylotest anti-démarrage  ? 

À l'issue d'un contrôle d'un  conducteur présentant une alcoolémie comprise entre à 0,8 et  1,8 gramme d'alcool par litre de sang, le préfet peut proposer, plutôt que la suspension, la conduite d'un véhicule équipé d'un EAD pour une durée de  six mois. Les contrevenants récidivistes et les jeunes conducteurs ne peuvent pas bénéficier de cet éthylotest anti-démarrage. Le tribunal, au moment où le contrevenant lui sera présenté, pourra  décider de prolonger cette obligation pour une durée pouvant aller jusqu'à cinq ans, "on s'oriente vers un an", précise Dominique Puechmaille, la procureure de la République d'Évreux. 

Cela permet de préserver certains emplois et aussi des rééduquer les conducteurs" - Dominique Puechmaille, procureure de la République d'Évreux

Comment ça marche ? 

L'éthylotest anti-démarrage (EAD) rend impossible de démarrer le véhicule si le taux d’alcool du conducteur est positif ou si le démarrage n’a pas eu lieu dans les deux minutes qui suivent le résultat de ce premier souffle. Une fois que  le moteur du véhicule a démarré, l’équipement demande de manière aléatoire (entre 5 et 30 minutes après le démarrage du moteur) un nouveau souffle qui doit lui aussi être réalisé à l’arrêt : le conducteur dispose alors d’un délai de 20 minutes pour effectuer ce nouveau contrôle. 

Combien ça coûte ? 

L'éthylotest anti-démarrage coûte 1 850 € à la charge du contrevenant. "Il est également possible de le louer pour 98 euros par mois et 400 € de frais d'installation" explique Jérôme Crespin, le directeur  d'Autodistribution Desert. Le centre d'Évreux est le seul dans l'Eure agréé pour pouvoir équiper son véhicule d'un EAD. Jérôme Crespin a d'ailleurs installé un éthylotest anti-démarrage à titre préventif à la demande de grands-parents "pour se rassurer", pour leur petit-fils, qui utilisait sa voiture le week-end.