Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Société

Les étudiantes : Premières victimes du harcèlement sexiste à Limoges et son agglomération

jeudi 6 décembre 2018 à 20:01 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

Dans l'agglomération de Limoges si la majorité des femmes estiment vivre dans un climat serein, un tiers se disent préoccupées par des comportements sexistes. C'est le résultat d'une enquête sur le harcèlement dans l'espace urbain menée auprès de 3000 femmes. Les étudiantes sont en première ligne.

3000 femmes de l'agglo de Limoges ont répondu au questionnaire sur le harcèlement sexiste (photo illustration)
3000 femmes de l'agglo de Limoges ont répondu au questionnaire sur le harcèlement sexiste (photo illustration) © Maxppp - Thierry Gachon

Limoges, France

A Limoges et son agglomération les femmes n'échappent pas au harcèlement sexiste ou sexuel. C'est ce qui ressort d'une grande enquête menée auprès de 3000 femmes dans le cadre de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ce jeudi c'est à l'université de Limoges que les résultats de l'enquête ont été présentés car les étudiantes sont particulièrement vulnérables. Elles ont aussi été les plus nombreuses à répondre au questionnaire.

Des étudiantes victimes de sexisme en dehors des murs de l'Université

A Limoges les étudiantes sont prés de 40 % à se dire victimes de discrimination ou de sexisme et pas seulement sur les campus mais plutôt dans les lieux de loisirs , les bars ou les transports  : c'est vrai aussi que les étudiantes sortent davantage et que "les actes de harcèlement sexiste ou sexuel touchent davantage les femmes âgées de 20 à 25 ans" explique Sophie Raix la déléguée départementale aux droits des femmes en Haute-Vienne.

Un tiers des femmes stressées face aux comportements douteux

Si à l'université de Limoges on a décidé de prendre le problème à bras le corps en mettant en place un dispositif d'accueil et d'accompagnement des victimes , la déléguée aux droits des femmes veut s'appuyer aussi sur cette enquête pour sensibiliser l'opinion publique car il y a toutes les autres femmes en dehors des étudiantes " Sur 1500 femmes interrogées lors de la première année d’enquête les deux tiers ne ressentent pas d'insécurité, mais il y a les autres : qui se retrouvent dans un climat de stress dans l'espace public : ça peut aller jusqu'à des frôlements ou des attouchements dans des lieux un peu reculés" explique Sophie Raix . Et puis il y a ce chiffre :

L'an dernier à Limoges, 73 femmes disent avoir été victimes d'attouchements et 18 victimes d'agressions sexuelles