Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les étudiants de Sciences Po Strasbourg vent debout contre les comportements sexistes

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

150 personnes se sont réunies ce vendredi devant le bâtiment de Sciences Po Strasbourg pour protester contre les violences sexistes. Une fronde qui touche d'autres villes universitaires. Sur Twitter, le mot-dièse #SciencesPorcs a déjà déclenché une avalanche de réactions et de témoignages.

Rassemblement contre les comportements sexistes devant le Cardo
Rassemblement contre les comportements sexistes devant le Cardo © Radio France - Corinne FUGLER

Les nombreux messages de jeunes filles se disant victimes ou témoins de comportements et de violences sexistes, voire d'agressions sexuelles, dans plusieurs Sciences Po de France, ont incité les étudiants strasbourgeois à manifester à leur tour.

Ce vendredi 12 février 2021, à l'appel du collectif Arc en Ci.elles, un collectif d'étudiantes et d'étudiants de Sciences Po Strasbourg, 150 personnes se sont rassemblées devant le CARDO, le bâtiment de Sciences Po, pour dénoncer les violences sexuelles et la "culture du viol". 

Pour la co-présidente du collectif strasbourgeois, Loriane Guidal, il faut combattre "l'omerta" qui entoure ces atteintes sexuelles : "toutes les victimes n'osent pas parler. Durant ces cinq dernières années, il y a au moins eu un cas par an de violences, d'agression sexuelle ou de viol, qui n'a pas toujours été remonté à l'administration". 

Une manifestation du collectif Arc en Ci.elles
Une manifestation du collectif Arc en Ci.elles © Radio France - Corinne FUGLER

Le CRIT, tournoi à haut risque 

Il faut aussi sensibiliser les associations d'étudiants qui organisent des fêtes, dont le fameux CRIT, ce tournoi sportif hautement alcoolisé qui oppose les différents instituts d'études politique de France. "Cet évènement est très problématique!" s'indigne Loriane Guidal. "La plupart des agressions dont on est au courant se sont déroulées dans le cadre de soirées, d'où l'appel du collectif aux étudiantes et étudiants de ces associations de redoubler de vigilance."

La direction de Sciences Po a d'ailleurs annoncé ce vendredi que l'institut strasbourgeois ne participera plus au CRIT. Elle va aussi mettre en place très rapidement un groupe de travail consacré aux atteintes sexuelles à l'IEP, qui rassemblera enseignants, personnel de l'université et étudiants. 

"Nous avons des dispositifs en place depuis quelques années", ajoute Jean-Philippe HEURTIN, le directeur de Sciences Po Strasbourg, "une cellule d'écoute, une magistrate indépendante qui recueille les plaintes. Nous n'hésitons pas à utiliser tous les moyens légaux pour lutter contre ce fléau!"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'Université de Strasbourg à l'écoute des victimes

L'Université de Strasbourg, qui compte 52.000 étudiants, lutte activement depuis 2018 contre les violences sexuelles. Elle a créé une cellule d'écoute qui épaule et aiguille si nécessaire les étudiants et les personnels concernés vers une association strasbourgeoise d'aide aux victimes, "SOS Aide aux habitants - France victimes 67". 

Les mentalités évoluent, il y a une véritable prise de conscience, assure la vice-présidente de l'université déléguée à l'égalité et à la parité, Isabelle Kraus : "il est important que les étudiantes se tournent vers la cellule, qui va établir avec elles un lien privilégié, un lien qui sera maintenu pendant toute la période durant laquelle le dossier sera traité".

Cinq à dix situations d'atteinte ou de harcèlement sexuels sont signalées à la cellule d'écoute chaque année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess