Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le blues des étudiants après des semaines de travail à distance

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les étudiants suivent une très grande majorité de leurs enseignements à distance en raison de la crise sanitaire, au détriment du lien social. Cet isolement pèse sur leurs motivations et leurs résultats.

Les travaux pratiques ont repris à l'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Metz (ENIM)
Les travaux pratiques ont repris à l'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Metz (ENIM) © Radio France - Natacha Kadur

Pendant la crise sanitaire, les étudiants passent une grande partie de leur cursus à suivre des cours à distance. Cela pèse sur leurs motivations et leurs résultats. Un peu moins de 10% des étudiants de l'Université de Lorraine sont actuellement présents sur ses différents campus pour participer en rotation à des travaux pratiques. A l'École nationale d'ingénieurs de Metz (ENIM), les cours en ateliers ont pu reprendre à la mi-décembre, après plusieurs semaines de travail uniquement à distance. 

Pour Adrien, 23 ans, en quatrième année dans cette école, se lever tous les matins pour aller en cours sans sortir de sa chambre ne va pas de soi : " J'ai eu une grosse baisse de motivation depuis le Covid. C'est le fait de ne plus avoir d'espace de travail dédié, c'est beaucoup moins motivant en restant à la maison. Mes parents, eux , ils n'ont pas fait d'études donc ils rentrent dans ma chambre n'importe quand en pensant que je ne travaille pas, ils ne se rendent pas compte ", souffle-t-il. 

Je suis passé de la 10ème à la 30ème place dans ma classe - Adrien, élève ingénieur

Les élèves ont pris l'habitude de garder le lien par visio-conférence pour réviser ensemble
Les élèves ont pris l'habitude de garder le lien par visio-conférence pour réviser ensemble © Radio France - Natacha Kadur

L'enseignement à distance est aussi un défi pour les professeurs , qui doivent adapter leur méthode pédagogique :  " certains sont capables de proposer des formes très interactives, mais d'autres se contentent de reciter leur cours et puis voilà. C'est difficile à suivre. Après, ils perdent 4 points de moyenne générale et ils ne comprennent pas pourquoi ", cingle Adrien. 

Les étudiants étrangers plus isolés 

Les stages prévus à l'étranger au deuxième semestre sont également remis en cause : " ça va me pénaliser pour les langues étrangères", complète-t-il. Un stage, Ashraf en cherche un, pour valider son année. Cet étudiant marocain de 28 ans est venu compléter son cursus en France. Il veut s'adapter aux nouvelles formes d'apprentissage, mais redoute les conséquences sur son insertion professionnelle  : " À chaque fois que j'envoie une candidature pour un stage je reçois un message automatique de refus. Des entreprises me disent qu'elles ne peuvent pas accueillir de stagiaires en ce moment. C'est vraiment compliqué ", reconnaît-il.

Pour les cours d'usinage, la vidéo ne suffit pas pour les étudiants de l'ENIM à Metz
Pour les cours d'usinage, la vidéo ne suffit pas pour les étudiants de l'ENIM à Metz © Radio France - Natacha Kadur

Beaucoup des étudiants étrangers présents sur les campus, qui ne peuvent pas nécessairement rentrer dans leur famille, ont passé toute la période de confinement et celles des fêtes dans leurs logements étudiants. 

C'est le cas de Yosra, doctorante en informatique, venue de Tunisie pour réaliser son stage de recherche. Elle est autorisée à venir travailler partiellement dans le laboratoire qui l'accueille mais n'a pas pu rencontrer beaucoup de monde depuis qu'elle est arrivée en septembre : " ce n'est pas facile tous les jours, surtout du point de vue de la vie sociale. Ne pas avoir d'échanges, d'interactions avec les autres, ça marque ", explique-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess