Société

Les "experts" de la police scientifique menacent de faire grève

Par Thibaut Lehut, France Bleu mercredi 28 octobre 2015 à 17:09 Mis à jour le mercredi 28 octobre 2015 à 17:23

Les agents de la police scientifique sont 2.250.
Les agents de la police scientifique sont 2.250. © Maxppp

Les policiers scientifiques feront-ils grève mardi ? Les syndicats ont en tout cas appelé à une mobilisation, ce mercredi. Ils réclament un "statut spécial adapté aux contraintes" de leur activité.

Les "experts" de la police française sont appelés à faire grève, mardi prochain. Les syndicats ont appelé à la mobilisation ce mercredi, pour revendiquer un aménagement de leur statut. "Les personnels de police technique et scientifique (PTS) subissent depuis de nombreuses années des contraintes similaires à celles des policiers actifs sans en avoir le statut", ont en effet dénoncé les syndicats dans leur communiqué, en déplorant "plus de deux ans de négociation sans qu'aucune décision ne soit prise".

Les 2.250 agents qui réalisent 500.000 interventions par an pour la police scientifique ont un statut de fonctionnaire lambda, ce qui selon les syndicats pose plusieurs problèmes. Le premier est "d'ordre juridique", explique le secrétaire général du SNPSS-Unsa, Samuel Rémy. "Nous ne sommes pas assermentés et sur les scènes de petite et moyenne délinquance, nous sommes souvent seuls pour effectuer les prélèvements", précise-t-il, "les scellés n'étant réalisés qu'au retour au service par un officier de police". Une solitude sur le terrain qui entraîne également un problème de "sécurité", pour le syndicaliste.

Hollande avait promis "une avancée d'ici 15 jours"

Le ministère de l'Intérieur discute depuis des mois avec les syndicats autour de cette refonte du statut des PTS, sans parvenir à aboutir. "Alors que les travaux étaient sur le point d'aboutir en 2014 [...], l'administration reculait devant l'obstacle et abandonnait le projet", écrivent-ils dans leur communiqué. "Aujourd'hui, l'administration fait une fois de plus machine arrière et revient sur ses propres engagements".

Après avoir menacé de faire la grève une première fois, les représentants des policiers scientifiques avaient été reçus le 22 octobre par François Hollande. Ce dernier avait promis "une avancée d'ici 15 jours""Cela fait déjà huit jours et aucun de nos téléphones n'a sonné pour donner des solutions", souligne Samuel Rémy.