Société

Les fabricants de jouets français défendent un Père Noël "made in France"

Par Magali Fichter et France Bleu, France Bleu Besançon et France Bleu mercredi 19 octobre 2016 à 20:05 Mis à jour le mercredi 19 octobre 2016 à 21:12

L'affiche de l'Association des créateurs et fabricants de jouets français
L'affiche de l'Association des créateurs et fabricants de jouets français - DR

Dans deux mois, c'est Noël ! Et les lutins tricolores n'ont pas attendu pour monter au créneau. L'Association des créateurs et fabricants de jouets français (ACFJF) a lancé ce lundi une campagne de promotion du Made in France, dans 900 magasins sur tout le territoire, et notamment en Franche-Comté.

Même si le Made in France est à la mode, pour l'heure, seulement 7% des jouets vendus en France sont fabriqués dans notre pays ! En fait, les deux tiers proviennent de Chine, et quasiment tout le reste est produit en Union Européenne, dans les pays d'Europe de l'Est notamment.

Pourquoi les lutins du père Noël boudent la marinière ?

Il s'agit, évidemment, de réduire les coûts de production. En Chine, la main d'oeuvre est bien moins chère, et du coup, le consommateur paye moins lui aussi. Une maison de poupée en bois Made in France coûtera environ 100 euros de plus que l'équivalent en plastique et fabriqué en Asie.

Les enfants, des prescripteurs dès 3 ans !

A partir du moment où ils savent parler, ce sont vos petits monstres qui décident, lorsqu'ils font leurs listes de Noël notamment. "Dès trois ans, les enfants sont prescripteurs. S'ils vous demandent une trottinette, vous pourrez éventuellement acheter du Made in France", indique Michel Moggio, directeur général de la Fédération du jouet et de la puériculture, "mais s'ils veulent une poupée La Reine des Neiges, ce sera beaucoup plus compliqué".

Les fabricants français s'en sortent en se concentrant sur des secteurs bien particuliers : les jeux de société par exemple, ou encore, les jouets en bois que nous connaissons bien dans le Jura. Et s'ils encouragent les consommateurs à acheter français en faisant appel à leur fibre citoyenne, ils misent aussi sur la qualité, comme nous le rappelle Stéphane Odobert, le directeur de l'entreprise Vilac, basée à Moirans-en-Montagne.

Dès la conception, on veille à ce que le produit soit ludique, mais aussi sûr et sécurisé pour l'enfant qui l'utilisera. Ce savoir-faire, c'est ancré dans la tradition française. " - Stéphane Odobert, directeur de Vilac

Partager sur :