Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les familles de détenus attendent beaucoup de la "refondation pénale" du gouvernement

mardi 6 mars 2018 à 17:30 Par Nina Valette, France Bleu Provence

Le gouvernement lance son plan "rénovation pénale". L’objectif est de mettre fin à la surpopulation carcérale. D’après les chiffres du mois de janvier dernier, 68.974 détenus s’entassaient dans 59.765 places en France. Emmanuel Macron opte donc pour le développement des peines alternatives.

Prison des Baumettes 2, les familles attendent pour entrer
Prison des Baumettes 2, les familles attendent pour entrer © Maxppp - Maxppp

Marseille, France

En 2016, 52% de peines prononcées par les tribunaux français étaient de la prison, contre seulement 11% de peine alternatives. Des chiffres trop faibles pour Emmanuel Macron qui veut privilégier massivement le port du bracelet électronique, les travaux d’intérêt général ou encore les formules de probation (mise à l’épreuve) pour les petites peines et ainsi lutter contre la surpopulation carcérale. 

"Un jour de prison coûte 100€, un bracelet électronique coûte 11 euros. " Emmanuel Macron 

Les propositions :

  • La création du dossier unique de personnalité : il pourra réunir les informations sur les prévenus et être l'utilisé pendant le procès.
  • La mise en place du bracelet électronique pour les peines de 1 à 6 mois d'emprisonnement. 
  • Pour les peines de plus de 6 mois jusqu'à 1 an, il n'y aura plus d’emménagement de peine automatique. 
  • Pour une peine de plus d'un an, le juge d'application des peines (JAP) ne sera plus saisi. 
  • Création d'un forfait pour certains délits comme l'usage de stupéfiant qui pourraient là aussi libérer les JAP. 

Des propositions intéressantes pour les familles de prisonniers

Le mardi, c’est jour de visite aux Baumettes 2. Les familles se succèdent toute la journée avec des sacs de linges propre.

Marion vient de voir son mari en parloir. Il est là pour "quelques mois seulement. Une simple affaire de drogue", précise la jeune femme. Elle fait chaque semaine trois heures de route pour le voir. Des visites qui compliquent beaucoup le quotidien de la famille. Le bracelet électronique serait donc une aubaine. "Au moins, il pourrait être avec nous. Même s'il ne peut pas sortir après 18 heures par exemple, c’est toujours ça. Au moins il est là. Il n'est pas en prison."

"Même s'il est à la maison enfermé, c’est toujours mieux que la prison." Marion femme d’un prisonnier des Baumettes 2.

Laetitia vient aux Baumettes depuis déjà cinq ans. Son mari est enfermé pour 18 longues années. Mais chaque semaine, elle vient lui rendre visite, même si aujourd’hui la jeune femme est grippée. 

Les propositions du gouvernement ne concernent pas vraiment son mari, mais elle sait que cela aura des répercutions sur ses conditions de détention : "Les prisons sont surpeuplées donc il aurait de meilleures conditions de détention. Il aurait plus d’activités aussi. Sans parler de la douche, il n’y a jamais d’eau chaude !", explique cette jeune femme avant d’annoncer : "Je retourne me coucher, cette grippe m’épuise, mais hors de question de louper le parloir. Il a besoin de moi." 

Ces femmes attendent donc beaucoup des annonces du gouvernement. Pour peut-être voir changer le quotidien de toute la famille.