Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les femmes gilets jaunes dans la rue à Avignon

dimanche 6 janvier 2019 à 19:31 Par Jade Peychieras, France Bleu Vaucluse

Après l'acte VIII de la mobilisation des gilets jaunes ce samedi, les femmes sont descendues dans la rue ce dimanche. Elles étaient plus de 450 à Avignon.

Les femmes gilets jaunes dans les rues d'Avignon.
Les femmes gilets jaunes dans les rues d'Avignon. © Radio France - Jade Peychieras

Avignon, France

Elles étaient plus de 450 dans les rues d'Avignon ce dimanche : les femmes gilets jaunes mobilisées. Elles s'étaient donné rendez-vous sur les allées du parking de l'Oulle, direction l'hôtel de la Préfecture puis le Palais des Papes, pour défendre leurs revendications, parfois légèrement différentes de celles des hommes. "Nous aussi nous sommes largement concernées par les salaires et les retraites de misère", assène Marie, 60 ans, mobilisée depuis le début du mouvement. "Beaucoup de femmes vivent dans leurs voitures, avec 500 euros par mois, parfois avec des enfants...", renchérit Maryse.

Des femmes davantage touchées par la précarité, c'est aussi ce que dénoncent Cathy et Keira, deux mères de familles. "Je suis mère célibataire de trois enfants. J'ai dû prendre deux boulots : secrétaire et restauration. Ça n'est pas normal", raconte la première. "Avec 1050 euros et trois enfants à charge, j'ai toujours 500 euros de découvert, je ne m'en sors pas", explique la seconde.

Des femmes qui veulent aussi reprendre la parole : "Les femmes sont là. On milite aussi, autant que les hommes et depuis le début", veut démontrer Muriel.  Une marche féminine mais pas forcément féministe, insistent tout de même plusieurs d'entre elles, avec pour beaucoup, les mêmes revendications que les hommes.