Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les fermiers de Loué investissent dans le bien-être de leurs poulets

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu Mayenne
Le Mans, France

Ce sera un signe de qualité supplémentaire sur les emballages des poulets de Loué. Une étiquette du niveau de bien-être animal sera présente dès la rentrée. Pour parvenir à la note maximale, la coopérative a aménagé son abattoir et ses élevages.

Les fermiers de Loué visent la note A pour leurs poulets sur l'étiquette bien-être animal.
Les fermiers de Loué visent la note A pour leurs poulets sur l'étiquette bien-être animal. © Radio France - Alexandre Chassignon

Les poulets de Loué, entiers ou en morceaux, porteront une étiquette bien-être animal à partir du mois de septembre 2019. "C'est le maillon manquant dans notre filière, les consommateurs se posent légitimement des questions sur les conditions d'élevage, reconnaît Yves de la Fouchardière, le directeur général des poulets de Loué. Comme c'est compliqué pour les gens de s'y retrouver, nous nous tournons vers une certification externe."

L'étiquette bien-être animal a été lancée fin 2018 sur des produits du distributeur Casino à l'initiative de trois ONG. Louis Schweitzer, le président de l'une d'elles, la Fondation bien-être animal, était présent ce jeudi au Mans pour expliquer cette démarche devant l'assemblée générale des fermiers : "Nous contrôlons 230 critères. _Ce n'est pas de la publicité, c'est quelque chose de vérifié_. Sur les premiers produits étiquetés, on constate que les consommateurs comprennent".

Des poussins jusqu'à l'abattoir

Pour les éleveurs des fermiers de Loué, les changements exigés par cette certification sont minimes : la durée de vie des animaux, les surfaces des parcours extérieurs, l'alimentation répondent déjà au niveau maximum.

A l'abattoir réservé à la coopérative, la Cavol à Loué, les gros travaux qui viennent de s'achever ont permis d'installer un système d'étourdissement en atmosphère gazeuse, au lieu de l'électricité. Des caméras sont aussi en place dans certaines zones. "Nous, ça nous convient car on n'a rien à cacher. C'est important que la certification couvre toute la filière" martèle Philippe Pancher, le président des fermiers de Loué.

"Prouver aux consommateurs que nous faisons bien les choses !"

Des perchoirs sont aussi au cahier des charges. Il y en avait jusqu'ici seulement dans les élevages de poules pondeuses. Pour les poulets de chair, des tests ont été menés dans "une dizaine de bâtiments, précise Martine Cottin, responsable technique chez les fermiers de Loué. Quand j'ai voulu reprendre les perchoirs les éleveurs voulaient les garder, ils trouvaient ça tellement bien ! _Ça change complètement le comportement des animaux_, ils peuvent mieux exprimer leur hiérarchisation, c'est aussi pratique pour dormir". Du coup "on met quatre fois plus de perchoirs qu'exigé, soit l'équivalent de 120 km" précise Yves de la Fouchardière.

Surtout, cette nouvelle étiquette permettra aux fermiers de mieux mettre en valeur les forces de leur modèle. "Tout a été inventé en 1958 ! s'exclame Yves de la Fourchardière, maintenant le concept global il faut le décomposer pour montrer en quoi c'est bon pour l'environnement, en quoi c'est du commerce équitable. _le consommateur veut qu'on lui prouve que l'on fait bien les choses_."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu