Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : les fidèles de retour dans les églises malgré les règles sanitaires strictes

-
Par , France Bleu Berry

Autorisées dans un premier temps uniquement sur invitation, les messes sont désormais ouvertes aux fidèles en Berry. De nombreuses règles de sécurité doivent être respectées.

Dans l'église Saint-André, un banc sur deux est condamné pour faire respecter la distanciation physique
Dans l'église Saint-André, un banc sur deux est condamné pour faire respecter la distanciation physique © Radio France - Sylvain Rogie

À l'entrée de l'église Saint-André, à Châteauroux, un panneau affiche la limite de 110 personnes autorisées à entrer à l'intérieur de l'édifice. Les fidèles sont alors accueillis par un "ange-gardien". "Ma mission, c'est de m'assurer que les règles voulues par l'archevêque soient bien respectées", explique Charles. "Je vérifie que tout le monde porte bien le masque, je leur montre le pot de gel hydroalcoolique et je leur montre les places disponibles pour éviter les croisements", ajoute-t-il.

Du gel hydroalcoolique est installé à l'entrée de l'église Saint-André
Du gel hydroalcoolique est installé à l'entrée de l'église Saint-André © Radio France - Sylvain Rogie

Des règles de sécurité sanitaire strictes dans les églises

Les règles de sécurité sanitaire sont drastiques : port du masque obligatoire, distanciation physique, gel hydroalcoolique, communion dans la paume, nombre limité de fidèles... "On essaie d'allier les deux : le respect des règles et la possibilité de faire à nouveau les messes en public", souligne le père Stéphane Maritaud, curé doyen de Châteauroux. Des consignes suivies à la lettre et sans difficultés par les fidèles. Pour la messe de 9h30, ils ne seront finalement que 59. "Ça va mettre un peu de temps à revenir. On sent encore que certains ont peur et préfèrent rester chez eux", précise Stéphane Maritaud.

Même si ces règles engendrent aussi de la frustration. "On sent forcément moins de chaleur avec les gestes-barrière et avec le port du masque", explique Marie-Dorothée.

Une rangée de banc sur deux est condamnée pour assurer la distanciation physique
Une rangée de banc sur deux est condamnée pour assurer la distanciation physique © Radio France - Sylvain Rogie

La joie de pouvoir revenir au sein des églises

Malgré tout, de nombreux fidèles sont heureux de venir à la messe. "C'est une grande joie de pouvoir revenir à l'église ! Non seulement le lieu mais aussi de voir à nouveau les paroissiens. Pendant plus de deux mois, on s'est senti isolés. On en avait vraiment besoin", insiste Marie-Dorothée. "Cela montre que nous sommes une communauté avec des gens très divers. C'était un manque", rajoute Marie.

Pendant les deux mois de confinement, le diocèse de Bourges s'est montré très présent sur Internet et les réseaux sociaux. Des messes ont été retransmises en direct vidéo. Des messages étaient régulièrement postés. Mais ça n'évidemment pas la même saveur. "C'est un grand soulagement, on est heureux. Les fidèles le sont aussi. Le fait de ne pas se retrouver en communauté pendant tout ce temps, c'était un peu une souffrance, ça fait du bien de prier pas tout seul chez soi", se réjouit le père Stéphane Maritaud.

C'est un moment heureux et on sent une certaine liberté retrouvée de pouvoir prier ensemble

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu