Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Les fissures ont grossi en cinq jours" : arrêté de péril sur trois immeubles, rue Sainte Catherine à Bordeaux

-
Par , , France Bleu Gironde

Trois immeubles évacués mardi soir rue Sainte Catherine. D'importantes fissures ont été signalées aux pompiers par un habitant du numéro 255. En novembre dernier, un autre immeuble avait été mis en arrêté de péril plus bas dans la rue.

Trois bâtiments évacués rue Sainte Catherine, la rue commerçante de Bordeaux, mardi 26 juin. D'importantes fissures ont été signalées au numéro 255.
Trois bâtiments évacués rue Sainte Catherine, la rue commerçante de Bordeaux, mardi 26 juin. D'importantes fissures ont été signalées au numéro 255. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Trois bâtiments évacués rue sainte Catherine mardi 25 juin sur la place du général Sarrail. D'importantes fissures ont été repérées par les locataires sur l'immeuble du numéro 255 dans la soirée. Ils ont alerté les pompiers qui ont procédé à l'évacuation du bâtiment plus les deux mitoyens. La ville a pris un arrêté de péril imminent. Au total six appartements et sept personnes ont du être évacués. Tous ont pu être relogés par des proches dans la nuit de mardi à mercredi.  

Jean-Louis David, adjoint au maire de Bordeaux, s'est rendu sur place mercredi 26 juin. "Le bâtiment au 253 à l'angle des deux rues s'écarte du bâtiment, c'est ce qui aurait provoqué les fissures au numéro 255," a-t-il expliqué.La mairie a demandé une expertise au syndicat de co-propriété pour qu'un bureau de contrôle vienne vérifier l'état de la structure. "Jusqu'à l'annonce de ses résultats, l'accès aux bâtiments sera interdit", a précisé l'élu.

"Là en cinq jours, les failles ont vraiment grossi"

Un habitant a alerté les pompiers, le locataire des deux premiers étages du bâtiment. "Mardi on a fait passer l'agence immobilière, elle a constaté les fissures dans les murs, que l'escalier pouvait tomber," explique Kevin. 

Je suis rentré dans l'immeuble et là en montant les escaliers, on a senti une sensation de vibration et j'ai décidé d'appeler les pompiers ! — Kevin habite au 255 

Il avait déjà remarqué des failles dans l'escalier depuis un mois, qui courait le long de tous les étages. "Mais là en cinq jours, les failles ont vraiment grossi", ajoute Kevin.  Il attend maintenant de savoir s'il va être relogé ou s'il pourra réintégrer son appartement.  

Noureddine est propriétaire d'un restaurant au rez-de-chaussée. En plein service, il a vu débarquer les pompiers et la police qui l'ont fait sortir du bâtiment, lui, ses employés et ses clients. "Ils nous ont dit que c'était dangereux donc on a fermé, la marchandise est partie à la poubelle." Il a repris ce restaurant il y a un an, "on a tout mis dedans et on ne sait pas ce qui va se passer maintenant." 

Pour nous, c'est catastrophique ! — Noureddine, restaurateur

Premier jour des soldes, il s'est retrouvé au chômage technique avec ses employés ce matin. Deux autres commerces sont concernés par cette évacuation. 

Rue Sainte Catherine, "on voit la pierre qui s'effrite dans nos caves"

Stéphanie, qui co-dirige un restaurant sur la place n'est qu'en partie étonnée. "Toute la rue Sainte Catherine est construite avec de la vieille pierre, ce qui créé de l'humidité. Dans nos caves, à cause de cette humidité, on voit la pierre qui s'effrite." 

A ce jour la ville a recensé 70 bâtiments dits "fragiles" dont 17 ont été évacués suite à un arrêté de péril imminent dans l'année. En novembre dernier, trois autres immeubles plus bas dans la rue Sainte Catherine avaient été évacués et mis sous arrêté de péril. La vétusté des bâtis, un problème récurrent dans la plus grande artère commerciale de Bordeaux.