Société

Les fonctionnaires girondins sont-ils vraiment aux 35 heures ?

France Bleu Gironde mardi 17 mars 2015 à 6:00 Mis à jour le mardi 17 mars 2015 à 7:54

Le Conseil de la Gironde applique un arrangement valable dans la plupart des collectivités locales.

Dans le cadre de la campagne des élections départementales, Yves d'Amécourt, candidat de la droite et du centre à la présidence du Département, a expliqué lundi sur notre antenne que les agents du Conseil général ne sont pas au 35 heures, ils travaillent moins que cela. Une réalité vérifiée par France Bleu Gironde, mais qui n'est pas propre à notre département. Enquête.

Il l'a dit ce lundi sur France Bleu Gironde, Yves d'Amécourt, chef de file de Gironde Positive, la liste qui regroupe l'UMP, l'UDI, le Modem et les chasseurs pour les élections départementales : il veut instaurer les 35 heures au Conseil général. Non pas pour réduire le temps de travail des agents mais pour l'augmenter puisqu'il estime que cela économisera 190 postes à temps plein . Yves d'Amécourt souhaite aussi ne pas remplacer 650 fonctionnaires qui partiront à retraite en mutualisant, par exemple, les services sociaux de Bordeaux Métropole et du Département. Une réalité pointée régulièrement par la Cour des comptes, qui demande aux collectivités, dans ce contexte de crise budgétaire, de dotations de l'Etat en baisse, de serrer la ceinture, en faisant appliquer notamment les 35 heures.

"On n'est pas aux 35 heures au Conseil général de la Gironde, il manque deux semaines : 1551 heures par an au lieu de 1607". — Yves d'Amécourt, candidat Gironde Positive (droite et centre)

Les fonctionnaires des collectivités locales travaillent 36h30 par semaine , avec 32 jours et demi de congés et dix RTT. Accord négocié au moment du passage de la loi Aubry, sur la base d'accords, déjà existants, et propres aux fonctionnaires. Et pas seulement au Conseil général de la Gironde.

"Marre des discours anti-fonctionnaires. Nous avons des agents dévoués au service public, ils font leur maximum. C'est facile de monter les catégories les unes contre les autres".  — Matthieu Rouveyre, conseiller général PS

Catherine, une auditrice de France Bleu Gironde installée à Cérons, nous a appelés ce mardi matin pour témoigner. Elle est travailleuse sociale au Conseil général de Gironde et elle n'est pas d'accord non plus avec la stigmatisation des fonctionnaires.

"Nous faisons beaucoup de kilomètres et surtout beaucoup d'heures supplémentaires que nous ne pouvons récupèrer que le mois suivant dans une limite de 7 heures par mois. Des économies, on peut en faire au Conseil général mais pas sur les travailleurs sociaux". — Catherine, travailleuse sociale au Conseil général de Gironde

Une remise en cause du temps de travail annuel, qui serait déjà en préparation, pour d'autres fonctionnaires, à Bordeaux Métropole, passée à Droite l'an dernier, selon les syndicats qui appellent à la grève jeudi et vendredi.

Le ministère de la Fonction publique a confirmé début mars le lancement d'une mission d'observation qui fera pour septembre un bilan du temps de travail des trois fonctions publiques . Le personnel d'Etat connaîtrait moins d'irrégularités que les deux autres fonctions publiques (hôpitaux et collectivités). Ailleurs, Le Conseil général du Tarn veut supprimer sept jours et demi de repos à ses agents, la Ville d'Agen quatre par an, et la Ville de la Grande-Motte (Hérault) veut faire travailler ses agents une semaine de plus.

Mairies, agglos, départements, régions : ils ne sont pas aux 35 heures

Partager sur :