Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les Français confinés se laissent aller niveau hygiène

-
Par , France Bleu

Devenus maniaques quand ils sortent à cause de l'obligation de se laver les mains et celle de respecter les gestes barrières liés au coronavirus, les Français se relâchent une fois rentrés chez eux, selon une étude IFOP publiée mercredi 22 avril.

La salle de bains
La salle de bains © Radio France - F. Langlois

La "french touch" a pris un sérieux coup avec le confinement : Les Français ne s’habillent plus comme avant et surtout ils ne se lavent plus, selon une étude de IFOP pour le site 24matins publiée mercredi dans Le Parisien/Aujourd’hui en France

Un tiers des confinés ne se douche plus tous les jours 

Toute la journée devant son ordinateur en télétravail, cheveux en bataille, t-shirt parfumé aux odeurs de sa gym matinale, le confiné se laisse aller. Désormais il n'y a plus que 74 % des femmes qui se douchent tous les jours (contre 81 % avant le confinement) et 61% des hommes, soit 10 points de moins qu'avant le confinement. Les hommes sont même 30 % à ne plus se laver que deux fois par semaine.

La tendance se vérifie particulièrement chez les hommes, vivant seuls, célibataires et âgés de plus de 65 ans.  À l’inverse, les jeunes couples avec enfant se lavent plus pour donner l’exemple.

La crise sanitaire entraîne d'une part “la crainte d'être infecté” lié à l'obligation du lavage des mains et d'autre part avec le confinement “le fait de ne plus craindre d'être stigmatisé pour son manque de propreté ou de négligence vestimentaire” analyse François Kraus, directeur du pôle Politique et Actualité à l'IFOP interrogé par le Parisien/Aujourd’hui en France. Le quotidien résume par cette formule : "loin des yeux, loin de la douche".

Sans culotte, sans soutien-gorge 

Repli sur soi ou bien lâcher-prise décomplexé, l’IFOP souligne comme lors d’une précédente enquête le relâchement au niveau des sous-vêtements : depuis le confinement, 91 % des femmes changent de petite culotte tous les jours, contre 94% auparavant. Chez les hommes, le pourcentage n'était déjà pas bien reluisant avant la crise à 73 %. Désormais seul 68 % des hommes changent de slip tous les jours.

Enfin les “no bra”, celles qui ne portent pas de soutien-gorge sont passées de 3 à 8 % et les “sans slip” de 1 à 5 %. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess