Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les Français moins généreux en dons , mais plus engagés dans le bénévolat que les Britanniques

mardi 5 décembre 2017 à 11:46 Par Anja Vogel, France Bleu

Dons, legs ou fondations, la philanthropie des Européens est encouragée dans tous les pays sous la forme d'incitations fiscales. Si les dons marquent le pas en raison des difficultés économiques, le bénévolat progresse:1/4 des Français s'engagent dans des associations; en Grèce il est devenu vital.

Si le Royaume-Uni est le pays le plus généreux en termes de dons, les Français sont plus philanthropes grâce à leur engagement citoyen
Si le Royaume-Uni est le pays le plus généreux en termes de dons, les Français sont plus philanthropes grâce à leur engagement citoyen © Maxppp - Claude Prigent

Difficile de dresser un portrait type du philanthrope européen. Cela tient à la diversité de nos héritages historiques et culturels, à la place accordée à l'individu dans le collectif, à la structuration du secteur caritatif et bien sûr à la situation économique. Mais c'est clairement le Royaume-Uni qui a la plus forte tradition du don: "elle y fait partie intégrante du quotidien, comme aux Etats-Unis", nous rappelle le Centre d'Etudes et de Recherche sur la philanthropie." Le don y est un acte de reconnaissance sociale, volontiers affiché, et non pas intime et personnel comme il peut l’être en France. Il y est d’ailleurs inculqué dès le plus jeune âge, de façon souvent festive et ludique". Un donateur sur 5 en Europe est britannique; la France arrive en 2ème position.

Le total des dons collectés est en baisse au Royaume-Uni aussi

Mais leur montant reste le plus élevé d'Europe: 400 euros en moyenne. Les Britanniques contribuent ainsi à près de la moitié des dons recensés, devant l'Allemagne, l'Italie, puis seulement la France. A noter toutefois qu'en pourcentage de la population, ce sont les Pays-Bas qui comptent la plus grande proportion de donateurs, devant la Suisse, la Pologne et la Suède. Les pays d’Europe du Sud (Italie et Espagne) ferment la marche. Ce qui n'est pas vraiment étonnant. Si les difficultés économiques ont fortement contribué à réduire les dons, l'objet reste prioritaire dans la décision d'en faire un: la solidarité internationale est largement financée par les Allemands, les Suisses et les Belges, l’action sociale par les Français et les Espagnols; la religion concentre une grande part de la générosité au Royaume-Uni et aux Pays-Bas.

La philanthropie s'exprime sous d'autres formes que le don

Notamment par le biais de fondations, très répandues en Allemagne, en Pologne, en Suède ou Suisse. Une autre forme d'engagement est le bénévolat; les Français font partie des Européens qui s'investissent le plus dans des activités non rémunérées, avec les Suédois et les Néerlandais. Les plus exemplaires étant les Grecs, qui malgré l'austérité dont ils sont victimes, se substituent à l'Etat et s'organisent pour aider les plus démunis à survivre. Il faut dire qu'étymologiquement, le mot philanthropie, l'amour du genre humain, de l'humanité, nous vient précisément du grec.

ECOUTER AUSSI: Le Royaume-Uni, premier sur le podium de la générosité européenne